Hogwart's World

Venez découvrir le monde sorcier à l'époque des Maraudeurs !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

 

 Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]

MessageAuteur
MessageSujet: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Mer 21 Oct - 0:19

Emma posa délicatement sa main sur le bras du Gryffondor, ne voulant pas que tout son poids pèse sur lui. Et quand même, elle était toujours capable de marcher. Elle n’avait pas remarqué sa légère absence, mais quand il lui avait souri, puis avait eu un air doux collé au visage, elle avait détourné le regard, troublée. Que ses émotions paraissent si visibles sur son image, elle y était habituée, mais de voir quelqu’un d’autre ainsi, presque dévoilé, elle n’en avait pas l’habitude et cela l’émerveillait autant que cela la fascinait.
Il avait ensuite posé des questions. Questions auxquelles elle n’était pas sûre de savoir comment répondre, ni même s’il voudrait entendre la réponse. Peut-être qu’il se montrerait moins enclin à l’accompagner, ou moins gentil, s’il apprenait qu’il aidait la sœur d’un Serpentard. Alors elle se résolut à lui dévoiler l’autre possibilité à laquelle elle avait songé.


« Il réagirait, je suppose, comme tous les grands frères réagissent lorsqu’ils aperçoivent leur sœur ne serait-ce que discuter avec un garçon qu’ils ne connaissent pas. Morten est peut-être juste un peu plus… » Elle hésita sur le terme à employer. « Agressif que la moyenne. »

La Serdaigle les mena doucement jusqu’à la bibliothèque, ou plutôt elle lui demanda de les y mener. Ils y rentrèrent et elle se dirigea, seule, vers le bureau de Mme Pince afin de rendre les ouvrages qu’elle avait empruntés. Elle demanda à la bibliothécaire si elle pouvait garder encore un peu le livre sur les potions avancées, ce à quoi l’adulte consentit volontiers ; elle savait qu’entre les mains des Serdaigles, ses précieux livres étaient en sécurité. La jeune fille retourna donc à l’endroit où elle avait abandonné son chevalier servant, presque persuadée qu’il serait sûrement parti. Elle ne put cacher la surprise qui la saisit quand elle vit qu’il était encore là. Et d’après l’air de dégoût qui semblait être collé à son visage, il ne devait pas particulièrement aimé l’endroit.

« Je voudrais juste trouver quelques livres, mais je t’assure que si tu veux partir, je ne t’en voudrai pas. C’était déjà vraiment gentil de m’accompagner jusque là, je ne voudrais pas te gâcher ta soirée. »

Emma se sentit subitement gênée de l’avoir traîné dans les rayons de livres poussiéreux. C’était son univers, mais peut-être pas le sien. Elle resta immobile quelques minutes, avant de finalement se décider à aller dans le rayon où elle finissait toujours par trouver son bonheur. Cela laisserait même l’occasion au Gryffondor de partir s’il le souhaitait. Elle passait doucement son index sous le titre des livres, gravés dans la reliure, prenant bien le temps de les déchiffrer. Les ouvrages qu’elle cherchait n’avaient pas l’air de se situer dans les étagères du bas, et, comme elle levait la tête, elle comprit qu’il faudrait qu’elle aille chercher l’échelle. C’était un des aléas de la petite taille. Autant cela pouvait lui donner un air mignon et fragile, autant c’était parfois bien embêtant.


Dernière édition par Emma Nielsen le Ven 27 Nov - 13:17, édité 2 fois
Serdaigle

avatar
Emma Nielsen
Serdaigle
Date d'inscription : 12/10/2009
Age : 29
Messages : 1468
Mornilles : 581
Où suis-je ? : Dans la Tour des Serdaigles

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Mer 21 Oct - 1:21

Ils marchèrent doucement et avec précaution, remontant les diverses marches et escaliers qui parsemaient le décor de Poudlard. C'était pratique pour faire du sport tous les jours involontairement, mais il était vrai que ces dédales n'étaient pas du tout adaptés à quelqu'un de faible ou de blessé. Enfin, Poudlard était comme ça et ne changerait probablement jamais.

La jeune fille lui expliqua pendant leur route les réactions de son frère Morten. Décidément, ce nom évoquait quelque chose pour William, mais il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il réfléchit à la réponse de la Serdaigle ; effectivement, lui-même n'aimait pas trop voir des garçons rôder autour d'Abigail, il voyait toujours ça d'un mauvais œil. Non pas qu'il voulait la garder pour lui tout seul - quoique si, peut-être un peu, mais il savait bien qu'il ne pouvait pas et qu'il ne devait pas. Pour son bien à elle, elle devrait trouver quelqu'un qui l'aime et qui la protège autant que Will, mais d'une façon différente. Seulement Will voulait pour elle un garçon bien, et il se méfiait des jeunes de son âge, il savait trop bien comment un garçon fonctionnait et ce qu'il avait dans la tête. Et à aucun prix il ne voulait voir sa sœur souffrir.


"J'espère que tu lui expliqueras que je ne te veux pas de mal et que je ne fais que t'aider avant qu'il ne me saute dessus, si jamais on le croise", plaisanta le jeune Gryffondor.

Il cessa de plaisanter lorsqu'il apprit qu'ils se dirigeaient vers la bibliothèque. Ça n'avait jamais été son endroit favori effectivement. Non pas qu'il avait le lieu particulièrement en grippe, il n'y mettait juste jamais les pieds. Pourtant il ne détestait pas la lecture, bien au contraire : il empruntait souvent des livres à ses amis, des romans, et avait toujours un livre en cours. Toujours dans le but de permettre à son esprit de s'évader. Mais concernant les livres de cours, ça c'était autre chose.
En plus de ça il n'avait jamais eu d'affinités particulières avec Mme Pince, peut-être du au fait qu'il avait fait quelques bêtises dans le lieu saint durant ses premières années à Poudlard. Du coup, lorsque Emma se dirigea vers le bureau de la bibliothécaire pour rendre des livres, William préféra rester en retrait. Autant ne pas déclencher les hostilités tout de suite.

La jeune fille parut surprise en revenant et en le voyant toujours à la même place, comme si elle s'attendait qu'il soit parti. Elle confirma cette impression en lui assurant qu'il pouvait s'en aller, que ça ne la dérangeait pas. Puis elle disparut dans les rayonnages, visiblement un peu embarrassée. Elle pensait certainement qu'il allait en profiter pour s'éclipser, mais prit d'une impulsion subite, il la suivit. Il la découvrit en train de regarder amoureusement les livres qui s'étalait devant elle. C'était un spectacle assez touchant : il était clair qu'elle se trouvait dans son élément ici, un peu comme William se sentait quand il fendait l'air sur son balais. Cette sensation, il ne l'aurait échangé pour rien au monde. Et il ne se sentait jamais aussi à l'aise et en harmonie que lorsqu'il côtoyait les oiseaux. Sa maison, son foyer, celui qu'il n'avait jamais vraiment eu, il était là-haut pour le jeune homme.

Voyant que le livre qu'elle cherchait était manifestement hors de la portée de la Serdaigle, Will s'approcha et tendit simplement le bras.


"C'est celui-là que tu veux ?" lui demanda-t-il tout en sortant le livre du rayon et en lui tendant.

Il sourit doucement.


"Tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement, même si c'était bien tenté en m'amenant ici... J'ai dis que je t'accompagnerais à un endroit où tu pourrais te reposer, je m'y tiens. Je tiens toujours mes promesses."
Gryffondor

avatar
William Green
Gryffondor
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 31
Messages : 1185
Mornilles : 809
Où suis-je ? : Sur le terrain de Quidditch

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Mer 21 Oct - 10:29

Le cœur d’Emma manqua un battement quand une main attrapa le livre qu’elle voulait pour le lui tendre. Elle ne l’avait absolument pas entendu arriver et avait été surprise par le son de sa voix. Elle récupéra prudemment le livre, qui n’était pas aussi léger qu’il le paraissait, et d’une main caressante, retira la couche de poussière étalée dessus. C’était un livre concernant les nombreux ingrédients que les sorciers utilisaient par delà le monde entier pour les potions. Tout y était référencé : de leur couleur et leur odeur à l’endroit où on pouvait les trouver, et le fait principal qui intéressait la Serdaigle, leurs propriétés diverses. Peut-être qu’un autre ingrédient que la racine d’ellébore avait les mêmes effets ? Si un tel fait se révélait possible, il faudrait alors qu’elle étudie une formule afin de retravailler la potion qui soignait l’épilepsie.

« Merci. Tu es vraiment un chevalier servant, » répliqua-t-elle avec un simple sourire. « Un chevalier dont j’ignore le nom d’ailleurs. »

Tout en faisant la remarque, elle avait penché légèrement la tête sur le côté et plissé les yeux. Elle ne se souvenait pas qu’ils se soient présentés l’un et l’autre. C’est pourquoi elle avait décidé d’y remédier.

La jeune fille se dirigea tranquillement vers une table, certaine maintenant qu’il allait continuer de la suivre. Pour combien de temps encore, ça, elle l’ignorait. Mais cela lui faisait du bien, en quelques sortes, de parler à quelqu’un d’autre qu’un de ses frères ou sa sœur. Elle était véritablement une élève solitaire, et bien que ses camarades de Serdaigle aient tenté de l’intégrer dans leur groupe, elle s’était toujours éloignée le plus possible des gens et de la société. Ainsi, personne ne lui demandait pourquoi elle disparaissait tous les deux mois, ou même de temps à autre. Personne ne s’interrogeait sur ce qui l’avait forcée à aller à l’infirmerie pendant plusieurs jours.
Devant la gravité de sa maladie, Dumbledore avait pris une mesure assez conséquente. Fumseck, le phénix du directeur, était magiquement – mais très légèrement – connectée à elle, afin de connaître son état de santé à n’importe quel moment de la journée. Ainsi, si elle avait une crise, l’oiseau magique la rejoignait le plus rapidement possible et la faisait transplaner aussitôt à l’infirmerie.

Emma posa délicatement le livre sur la table et s’assit sur la chaise la plus proche. Elle supposa que le Gryffondor ferait de même, et entreprit de chercher les informations qui l’intéressaient.


« Ca ne va pas être très amusant pour toi, mais je ne devrais pas en avoir pour longtemps. »

Et elle disait vrai. Apparemment, la racine d’ellébore ne pouvait être remplacée par aucun autre ingrédient. Si elle voulait obtenir un moyen de guérir, il faudrait qu’elle invente une toute nouvelle potion. Et, elle n’était pas sans le savoir, une potion prenait énormément de temps avant d’être à la fois comestible et efficace. Elle s’affala contre le dossier de sa chaise, visiblement déçue, et passa une main sur ses yeux. Si elle se décourageait maintenant, elle n’aurait plus jamais l’envie de trouver une solution, alors il fallait qu’elle réfléchisse un peu.

Soudain, elle grimaça. Elle venait d’apercevoir une sixième année de Serpentard, une fille blonde avec un grand nez, qui courait après son frère depuis qu’elle était arrivée à Poudlard. Emma n’aimait pas cette fille, et l’autre le lui rendait bien. Elle ne doutait pas un seul instant qu’elle allait immédiatement rapporter ce qu’elle avait vu à Morten pour bien se faire voir par son aîné. La galère ! Maintenant, il allait savoir où la trouver. Et en plus, il allait lui passer un savon pour ne pas l’avoir attendu – alors que c’était quand même de sa faute, il n’avait qu’à être à l’heure – et aussi pour traîner avec un garçon qu’il ne connaissait pas, et qui plus est, un Gryffondor. La jeune Serdaigle pensait vraiment que ce n’était pas sa journée, là, et qu’elle aurait mieux fait de rester couchée ce matin quand son réveil avait sonné.


Dernière édition par Emma Nielsen le Ven 27 Nov - 13:21, édité 1 fois
Serdaigle

avatar
Emma Nielsen
Serdaigle
Date d'inscription : 12/10/2009
Age : 29
Messages : 1468
Mornilles : 581
Où suis-je ? : Dans la Tour des Serdaigles

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Mer 21 Oct - 11:51

Apparemment William avait tablé sur le bon livre, puisqu'elle s'en empara délicatement, presque comme si c'était une petite chose fragile. Tandis qu'elle le dépoussiérait, Will pu lire le titre de l'ouvrage, qui semblait porter sur les potions. Il fit une grimace en pensant qu'il avait justement un devoir de potion à faire et qu'il ne lui restait plus que quelques jours.

"Tu t'intéresses aux potions, ou c'est pour les cours ?"

Si c'était pour les cours, alors peu d'élèves devaient avoir fait leurs devoirs au vu de la poussière qui recouvrait le livre. Et si c'était un intérêt personnel, alors c'était assez impressionnant, du moins pour Will. Il n'était jamais arrivé à avoir un livre terre à terre et parlant de choses réalistes et théorique comme livre de chevet.

Il réalisa quand elle lui demanda qu'effectivement, ils ne s'étaient pas présentés jusque là. Il répara donc cet oubli.


"Chevalier William, à votre service. Et puis-je savoir le nom de la noble dame que je sers obligeamment ?"

La Serdaigle alla s'asseoir à la table la plus proche, tout en l'assurant qu'elle ne devrait pas en avoir pour longtemps. Mais William ne comptait pas s'asseoir bien tranquillement et l'attendre sans rien faire pour autant. Puisqu'il était rentré dans la bibliothèque, autant qu'il en profite.
Sans un mot, il disparut dans les rayonnages, essayant un peu de comprendre la classification des livres, quelle matière se trouvait où, etc. La salle était plus grande que ce qu'il pensait. Plusieurs fois il sentit le regard perçant de Mme Pince sur lui, et il était sûr qu'elle mourait d'envie de venir le voir pour lui sauter dessus et le mettre à la porte. Seulement il n'avait rien fait pour l'instant, et donc elle ne pouvait que le tuer du regard.

Il s'engouffra dans un rayon qu'il avait repéré, celui des romans et histoires fantastiques et s'empara d'un livre. Il retourna ensuite à l'endroit où il avait laissé la jeune fille et s'assit sur le rebord de la fenêtre, non loin d'elle. C'était aussi une des raisons pour laquelle il n'aimait pas trop la bibliothèque : c'était un espace trop confiné pour Will, où il se sentait un peu à l'étroit, étouffé. Avoir près de lui le vaste paysage du parc le faisait se sentir mieux.

Il jeta un regard vers la jeune fille pour s'assurer que tout allait bien, et la surprit en train d'observer discrètement une fille de Serpentard, un peu plus loin. Ca n'avait pas l'air de lui faire plaisir qu'elle se trouve là. Est-ce que c'était une fille qui lui cherchait des noises ?


"Tu la connais ?"
Gryffondor

avatar
William Green
Gryffondor
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 31
Messages : 1185
Mornilles : 809
Où suis-je ? : Sur le terrain de Quidditch

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Mer 21 Oct - 14:04

« Emma. Sans le ‘noble dame’ devant, ça m’ira aussi. »

Telle fut sa réponse alors qu’elle refermait le livre dans un nuage de poussière. Elle suivait toujours du coin de l’œil la Serpentard, et grimaça de plus belle quand elle s’aperçut qu’elle était en train de sortir de la bibliothèque. Que choisir ? Fuir tant qu’il en était encore temps, ou affronter la vague tout de suite ? En même temps, Mme Pince était là, donc logiquement, Morten ne crierait pas trop fort, sauf s’il voulait être puni. Quelle plaie les Serpentards parfois, quand même ! Puis, elle tourna finalement la tête vers William, qui s’était installé sur le rebord de la fenêtre, un livre romanesque entre les mains. Peut-être qu’elle devait le prévenir de ce qui les attendait ?

« C’est une des groupies de Morten. Elle est sûrement partie lui dire où j’étais, et avec qui. Le mieux, c’est de rester ici, comme ça, il ne pourra rien faire… trop de témoins. »

La jeune fille tapotait distraitement sur le livre avec ses doigts. Elle essayait de ne pas le montrer, mais elle était très nerveuse. La question sur les potions ne la calma pas plus que ça. Elle ne faisait que penser à la blonde, et au trajet qu’elle devait parcourir. Si ça se trouve, Morten était à l’autre bout du château, et elle mettrait au moins une heure à le retrouver. Puis ensemble, ils mettraient à nouveau une heure pour revenir à la bibliothèque. Mouais, fallait pas trop rêver non plus. C’était cette attente qui l’angoissait. Et quand elle était angoissée, elle ne pouvait pas tenir en place. Elle se leva et fit le tour de la table plusieurs fois avant de se rasseoir, et de recommencer ce petit manège encore deux ou trois fois.

« Surtout un intérêt personnel. C’est un peu une sorte de don, tu comprends ? Je ne suis qu’en cinquième année, mais je comprends déjà le fonctionnement de potions qu’on enseigne normalement en université de sorcellerie… »

Elle savait qu’elle pouvait avoir l’air de se vanter, mais Emma disait la stricte vérité. C’était peut-être parce que son père l’emmenait avec lui dans sa boutique depuis qu’elle était jeune, mais elle avait une incroyable capacité à retenir les propriétés des ingrédients, la méthode de préparation des potions et leur utilisation. Finalement, elle s’arrêta dans sa marche de forcenée, prenant subitement conscience que ça devait beaucoup amuser William. Elle se rassit une bonne fois pour toute, posa ses coudes sur la table et sa tête sur ses mains. Ça ne pouvait pas être pire que la fois où elle avait voulu monter dans la tour d’astronomie au beau milieu de la nuit. Qu’est-ce que Morten avait pu hurler, cette fois-là, d’ailleurs…


Dernière édition par Emma Nielsen le Ven 27 Nov - 13:24, édité 1 fois
Serdaigle

avatar
Emma Nielsen
Serdaigle
Date d'inscription : 12/10/2009
Age : 29
Messages : 1468
Mornilles : 581
Où suis-je ? : Dans la Tour des Serdaigles

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Mer 21 Oct - 20:07

"A condition que tu enlèves aussi le "chevalier" devant mon prénom."

William suivait des yeux la blonde de Serpentard qui les avait elle-même fixé un bon moment d'un air étrange avant de quitter rapidement la bibliothèque. Il écouta les explications d'Emma... Et posa son regard sur elle en fronçant les sourcils, intrigué. Il ne savait pas trop si elle se rendait compte que de la façon dont elle parlait de son frère, elle donnait l'impression d'en avoir peur. Comment ça, il valait mieux rester ici parce qu'il n'oserait rien faire à cause des témoins ? Est-ce qu'il était violent ? Visiblement Emma avait l'habitude de ce genre de situations en tout cas, donc ça voulait dire que ça s'était déjà produit. Qu'est-ce que ça voulait dire ?

Il fut d'autant plus inquiet lorsqu'il la vit faire son petit manège, stressée. Le fait qu'elle se lève toutes les trente secondes pour se rasseoir et finalement se lever aurait pu paraître drôle dans une autre situation. Mais William avait de trop mauvaises expériences personnelles avec la violence familiale - ou non d'ailleurs - pour trouver la situation comique. Il espérait qu'il se trompait, mais il ne pouvait pas faire comme si de rien n'était.


"Excuse-ma question mais... Est-ce qu'il est violent avec toi, ton frère ? Tu as presque l'air d'en avoir peur..."

De toute manière William empêcherait quiconque de faire du mal à la jeune fille tant qu'il était là. Le souci c'est qu'il ne serait pas non plus en permanence aux basques d'Emma...
Il tenta de mettre ses inquiétudes de côté en l'écoutant parler de potions. Une petite lueur s'était allumée dans son regard tandis qu'elle lui expliquait qu'elle avait des facilités de compréhension dans ce domaine. Il était clair qu'elle était passionnée par ça. Will n'était pas vraiment adepte de cette matière, mais il connaissait bien le sentiment qui envahissait la jeune Serdaigle avec les potions. Il avait le même avec le Quidditch - ce qui faisait certes beaucoup moins intellectuel. Il hocha la tête.


"Je vois oui. Tu es une Serdaigle quoi", dit-il en riant légèrement, lui adressant un clin d'oeil pour qu'elle comprenne qu'il plaisantait.

"Je suppose que tu en feras ton métier plus tard ?"
Gryffondor

avatar
William Green
Gryffondor
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 31
Messages : 1185
Mornilles : 809
Où suis-je ? : Sur le terrain de Quidditch

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Mer 21 Oct - 23:00

Morten sortit en courant de la salle commune des Serpentards. Il était en retard ! Et le pire, c’est que ce n’était même pas de sa faute. Une de ses fichues groupies l’avait retenu prétextant des difficultés pour un devoir de métamorphose, alors qu’elle voulait seulement faire comme toutes les autres : parler au séduisant Morten Nielsen. Même s’il n’était pas vraiment à plaindre, il y avait parfois des situations qui l’agaçaient au plus haut point. Comme celle-ci, par exemple. Sa jeune sœur, Emma, revenait d’une longue et difficile journée d’examens, et en tant que grand frère, il s’était chargé d’aller la récupérer au bureau du directeur. Mais ce jour-là, à cause de l’une de ces filles hystériques, il était en retard. Pourvu qu’elle n’ai pas fait de malaise ! Il allait tout d’abord se rendre à l’infirmerie pour tenter de la trouver. Non, finalement, ce n’était pas la meilleure idée qui soit. Connaissant sa sœur, elle se serait rendue dans la Grande Salle même sans lui (avec difficultés, certes). Il lui fallait donc se diriger vers le hall. Il n’avait par ailleurs pas tellement le choix, car pour accéder au reste du château, les Serpentards étaient forcés de passer par l’entrée. Morten fit donc une brève apparition dans la Grande Salle, jeta un coup d’œil à la table des Serdaigles, et n’y voyant pas Emma, en ressortit aussitôt. Il monta les escaliers de marbre quatre à quatre, et retraça le chemin inverse qu’avait sans doute pris la jeune fille en sortant du bureau de Dumbledore. Mais couloirs après couloirs, escaliers sur escaliers, aucune trace de sa sœur. Il commença donc à s’inquiéter, et sa mauvaise humeur prenant le dessus, il bouscula presque volontairement un jeune élève qui se trouvait devant lui. Morten fit un détour par l’infirmerie, mais Madame Pomfresh lui assura qu’Emma n’était pas venue. Mais où était-elle, bon sang ? Il comptait se rendre devant la salle commune des Serdaigles, et demander à un élève d’aller la chercher pour lui, lorsqu’il vit une fille de sa maison se précipiter vers lui.

« Hé, Nielsen ! T’es au courant que ta sœur et un autre garçon sont en train de se bécoter ? Dans la bibliothèque en plus. Et devine quoi ? Il est à… »

Mais Morten ne laissa pas la jeune blonde terminer sa phrase qu’il filait déjà dans la direction opposée. A la bibliothèque, évidemment ! Comment se faisait-il qu’il n’y avait pas pensé plus tôt ? Mais elle n’était pas seule… Et c’était ce détail qui le mettait hors de lui. Il ne savait pas vraiment pourquoi, mais ne préférait pas y réfléchir, car tout ce qui lui importait pour l’instant, c’était de rejoindre Emma et ce fameux garçon. Il se surprit même à courir en arrivant au quatrième étage, mais du cependant ralentir un minimum avant d’entrer dans la salle. Mais il n’était pas calmé pour autant.
Il déboula donc dans la bibliothèque, ayant l’air le plus détendu possible (ce qui n’était pas tellement évident pour lui), et chercha des yeux la jeune fille. Il passa entre les rayons en coup de vent, bousculant une ou deux personnes, pour enfin la trouver, installée à une table, la tête enfouie dans ses mains, devant un livre ouvert. Il poussa presque un soupir de soulagement (presque, car il ne fit qu’inspirer) et s’avança. Mais plus la distance entre le frère et la sœur diminuait, plus IL était visible. Lui, le fameux garçon. Assis sur le rebord de la fenêtre, un livre entre les doigts. Un détail frappa alors Morten : ils n’étaient pas en train de se bécoter, comme le lui avait dit la Serpentard. Enfin, il ne fallait pas toujours se fier aux paroles prononcées par ces « groupies ». Il continua donc d’avancer, accélérant le pas malgré lui. Il arriva donc devant la table d’Emma, et sans laisser le temps à personne de dire quoi que ce soit, il s’écria, d’une voix la plus basse possible :

« Bon sang mais où étais-tu ?! Je t’ai cherchée partout ! Et c’est qui, lui d’abord ?! »

HJ : Bon, ce n’est pas très long pour l’instant, hein, mais ça va venir x). Ça vous convient ?
Serpentard

avatar
Morten Nielsen
Serpentard
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 23
Messages : 295
Mornilles : 1416

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Jeu 22 Oct - 9:27

« Je ne suis pas encore sûre… Et toi, tu veux continuer le Quidditch après, en professionnel ? »

Maintenant qu’elle connaissait son prénom, elle se rappelait un peu mieux qui il était. Certes, il y avait certainement plusieurs William dans le château, mais de Gryffondor, elle n’en connaissait qu’un. Le face à face avec Morten allait être terrible. Non seulement ils étaient dans les deux maisons qui se détestaient cordialement, mais en plus ils jouaient tous les deux au même poste, batteur, l’un contre l’autre. Emma le savait car, même si elle n’était pas une grande fan du sport sur balai, elle suivait tous les matchs de Serpentard pour avoir le plaisir d’observer son frère sur un balai. Et elle avait déjà vu leurs affrontements lors des matchs qui opposaient Serpentard à Gryffondor. Raison de plus pour s’inquiéter de ce qui allait suivre.

Puis William lui demanda si Morten était violent avec elle. Elle leva de grands yeux étonnés vers lui, mais aussitôt elle se remémora ce qu’elle avait dit précédemment, et elle comprit pourquoi il avait posé cette question. Elle rouvrit le livre et le feuilleta doucement.


« Non, non, pas du tout. Pas avec moi, ni avec personne de la famille. Je dis pas que ceux qui lui cherchent des noises vont pas se manger une raclée, mais si j’ai parlé de témoins, c’est parce qu’il a tendance à exploser de colère et à hurler. Et comme il fait deux têtes de plus que moi, c’est assez effrayant. Même pour moi. »

Alors qu’elle allait répliquer une petite moquerie à propos des Gryffondors, elle entendit le bruit d’une inspiration sur le côté. Du coin de l’œil, elle observa ce qui se passait.

« Oh oh… fin de la conversation… »

Car dès que la jeune fille eut prononcé ces mots, Morten se trouvait juste à côté de la table et commençait déjà à crier. A voix basse, certes, mais son ton était sans équivoque. Le premier réflexe d’Emma fut de baisser la tête comme un enfant qui aurait fait une grosse bêtise. Sauf qu’elle n’avait rien fait de mal cette fois, et c’était quand même un comble que ce soit son frère qui la gronde alors que c’était de sa faute ! Aussi, elle releva la tête et le fixa dans les yeux, son propre regard devenu légèrement sec et assassin. Le genre de regard qu’elle réservait plutôt à Zach, qui, en bon petit frère, passait son temps à l’embêter. Elle n’était sûre que ça ait le même effet sur son aîné, mais elle pouvait toujours essayer.

« Etrange, moi je t’ai attendu plus d’une demi heure là-haut… Arrête de hurler alors que c’est de ta faute si tu ne m’as pas retrouvée. »

Elle referma brusquement le livre et voulut aller le ranger. Mais quand elle entendit la question sur William, elle fusilla Morten du regard de plus belle. S’il ne l’avait pas encore reconnu, nul doute que dès que cela aurait été fait, il s’en prendrait à lui, alors que le Gryffondor n’avait fait que proposer son aide, et aussi accessoirement que cela pouvait paraître, il avait secouru la jeune fille alors qu’elle était vraiment mal en point. Elle ne pouvait pas le laisser faire comme bon lui semblait, tout aussi borné qu’il soit.

« Lui, comme tu dis, c’est William. Le garçon qui a empêché que je me brise la nuque dans les escaliers quand j’ai fait un malaise. Alors au lieu de l’agresser, tu peux peut-être, pour une fois, montrer que Papa et Maman t’ont bien élevé, et le remercier, ça changera un peu de d’habitude… » Puis elle ajouta, en danois cette fois, pour que personne d’autre que Morten ne comprenne : « Il serait vraiment temps que tu arrêtes de t’inquiéter à cause de moi et des garçons. Je t’ai déjà dit que ça n’est pas ma priorité. Trouve-toi une petite amie, et lâche-moi un peu… »


Dernière édition par Emma Nielsen le Ven 27 Nov - 13:27, édité 1 fois
Serdaigle

avatar
Emma Nielsen
Serdaigle
Date d'inscription : 12/10/2009
Age : 29
Messages : 1468
Mornilles : 581
Où suis-je ? : Dans la Tour des Serdaigles

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Jeu 22 Oct - 13:37

"Je ne sais pas encore trop non plus pour le Quidditch, je ne suis pas sûr d'être assez..."

William allait répondre à la question d'Emma quand il fut littéralement coupé net par l'apparition d'une silhouette masculine devant eux. Emma aussi avait détourné son attention de la conversation pour regarder dans sa direction. La silhouette s'approchait de plus en plus et finit par sortir de l'ombre : William le reconnu immédiatement contrairement à lui, et ses sourcils se froncèrent. Il ne fit cependant pas tout de suite le rapprochement entre le frère dont Emma lui avait parlé et celui qui se trouvait devant eux. Aussi, quand ce dernier se mit à parler à la jeune fille d'une voix dure, les réflexes de Will prirent le dessus et il sauta vivement de son rebord de fenêtre pour se rapprocher et se mettre légèrement devant la Serdaigle, s'interposant.

Même si William n'avait pas l'habitude de voir le Serpentard dans un contexte comme la bibliothèque, il se souvenait parfaitement des traits de son visage. Il était batteur comme lui dans l'équipe de Quidditch des verts, et des matchs difficiles, voire hargneux, les avait déjà opposé par le passé. Mais s'il ne portait pas celui qui était en face d'eux dans son coeur, ce n'était pas seulement parce qu'il était un redoutable adversaire : après tout, un sport était aussi une affaire de compétition.
Non, c'était pour une tout autre histoire, vieille de plusieurs années. Ils avaient le même âge tous les deux, et étaient donc arrivés à Poudlard la même année. Le Serpentard ne s'en souvenait sûrement plus, mais ils s'étaient déjà disputés une fois en première année pendant un cours de Potions qu'ils avaient en commun. Will avait par la suite toujours gardé une mauvaise image de son "camarade" vert. D'autant plus que des amis à lui s'étaient plus tard moqué de William et du fait qu'il avait redoublé, augmentant encore son peu d'estime pour ce groupe.

Il était peut-être pourtant l'un des seuls Gryffondor qui n'ait pas obligatoirement de préjugé négatif sur les Serpentards en général. Il savait qu'ils n'étaient pas tous sournois et imbus d'eux-même, ni n'avaient tous un mauvais fond. Ce qui les caractérisait, c'était l'ambition et la ruse, pas forcément la méchanceté. Du moins pas pour tous. Will lui-même avait traîné avec des verts surtout durant sa première année, lorsqu'il avait fait un peu n'importe quoi. Il s'était d'ailleurs doublement attiré les foudres des Gryffondors en ce temps-là. Mais le Serpentard qu'il avait devant lui, il ne l'aimait pas vraiment.

Alors quand il comprit qu'il était le frère d'Emma, il en fut quelques instants plus que surpris : comment deux êtres aussi différents et apparemment opposés pouvaient bien venir de la même famille ? William n'en crut pas ses oreilles.
Quoique finalement, ça ne l'étonnait pas trop, à bien y réfléchir. Du moins, ce qui ne l'étonnait pas de trop, c'était que ce Serpentard soit du genre à oublier sa soeur lorsqu'elle avait besoin de lui. Ca ne le fit pas beaucoup monter dans l'estime de Will, au contraire.
Pendant qu'Emma lui parlait dans une langue qu'il ne comprenait pas, William tilta : Morten, mais bien sûr. Elle avait évoqué son prénom et ça lui avait dit quelque chose sans qu'il sache quoi exactement ; maintenant il l'associait aisément avec le joueur de Quidditch.

Il n'était pas certain que rajouter son grain de sel à ce moment précis soit la meilleure des choses à faire, mais quand la tension montait, l'adrénaline de William aussi, c'était inévitable. Ca lui rappelait certains épisodes de son enfance, et il se contrôlait difficilement dans ce genre de cas. Autant d'une manière général il était quelqu'un d'assez calme et réfléchi, autant quand la situation s'envenimait, il pouvait être une véritable tête-brûlée. Le danger ne lui faisait pas vraiment peur, il en avait déjà bien trop vu quand il était petit. Ainsi, il croisa les bras sur sa poitrine et défia Morten du regard.


"Tu ne te souviens pas ? Je suis celui qui t'a mis une raclée au Quidditch la dernière fois..."
Gryffondor

avatar
William Green
Gryffondor
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 31
Messages : 1185
Mornilles : 809
Où suis-je ? : Sur le terrain de Quidditch

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Jeu 22 Oct - 17:49

« Etrange, moi je t’ai attendu plus d’une demi heure là-haut… Arrête de hurler alors que c’est de ta faute si tu ne m’as pas retrouvée. »

Morten fut tout d’abord surpris de la réponse d’Emma. Son regard noir faillit même l’effrayer. Mais lorsqu’elle referma son livre d’un geste brusque, il se décala légèrement sur sa droite afin d’être plus près de sa sœur. Il répondit d’une voix sèche :

« Déjà, je ne hurle pas, Emma. J’ai été retenu malgré moi. Je ne pouvais pas faire autrement. Mais ne disparait pas comme ça ! »

Puis, lorsqu’elle lui rappela le nom du garçon, Morten se retourna vers ce dernier. Effectivement, il le reconnaissait. Il n’avait juste pas tellement fait attention à lui, en premier lieu. Ce mioche… Il jouait également au Quidditch, dans l’équipe de Gryffondor en plus. Il laissa échapper un rictus, montrant son mépris à son égard. Il se retourna brusquement lorsque sa sœur se mit à lui parler en danois. Il se retourna alors complètement vers elle, posa ses mains sur la table, et la regarda droit dans les yeux. Il lui répondit, en danois également.

« Là, je trouve que tu vas un peu loin. J’ai toujours été là pour toi, depuis la jour de ta naissance. J’étais là lors de ta première crise. J’étais là pour te soutenir. J’étais le premier que tu as vu lorsque tu t’es réveillée. Tout au long de ces quinze dernières années, je n’ai jamais cessé d’être là, je n’ai jamais cessé de te protéger. Alors pour une fois que je loupe ton arrivée de l’hôpital, pour une fois que je n’ai pas été présent, alors que ce n’était même pas de ma faute, je trouve que en fais un peu trop. Mais le pire, c’est que Papa et Maman m’ont très bien élevé. La preuve : J’aurais très bien pu être un grand frère absent, qui s’en fiche si ses frère et sœurs se font embêter par ses camarades de Serpentard, qui ne pense pas à la santé fragile de l’une d’entre eux. J’aurais très bien pu ne pas te chercher dans tout le château, sans me préoccuper de quoi que ce soit. Et crois moi que s’il t’était arrivée quelque chose, que personne ne soit tombée sur toi au moment de ton malaise, je m’en serais voulu. Et pas qu’un peu. Mais je m’en veux quand même de ne pas pu avoir me libérer plus tôt. Cela t’aurait empêché de faire une mauvaise rencontre… Ensuite, en ce qui concerne ma vie amoureuse, ne t’en fais surtout pas pour moi, je peux en avoir à la pelle, des petites-amies. Mais c’est pour toi que je m’inquiète. Les mecs, faut pas leur faire confiance, ce ne sont rien que des imbéciles, qui te paraitront charmants au départ –il lança un regard noir en direction de Will- mais qui n’hésiteront pas à te faire souffrir. Surtout un Gryffondor. Surtout Lui. »

Il ajouta, en anglais, de façon à ce que Will puisse comprendre :

« Et puis… Même si je sortais avec une fille, pour de vrai, je ne crois pas que j’en serais pour autant moins inquiet pour toi. »

Il avait calmé sa voix. Il ne criait plus, ce qui semblait presque avoir détendu sa sœur. Puis Will parla. Et Morten resta immobile quelques instants. Pas mal, la réplique. Sur le coup, il ne savait quoi dire. Mais ça, il aurait préféré mourir plutôt de d’avoir à se l’avouer. Alors il chercha une anecdote à son propos, car c’était précisément le moment de la lui ressortir. Voyons voir…

« Bien sur que si, je te reconnais, espèce de crapaud baveux. Mais pardonne-moi de ne pas forcément faire attention au visage de chaque être que je croise. Bien que ça aurait du faire tilt dès le départ, n’est-ce pas ? Car si je me souviens bien, ta dernière chute au Quidditch était particulièrement spectaculaire. On m’en parle encore souvent, d’ailleurs, pour me complimenter… »

Etrangement, Morten ne s’était pas mis à crier. Mais au fond, il savait que cela n’allait pas durer. Car il faisait déjà d’insurmontables efforts pour ne pas se jeter sur le Gryffondor et le réduire en poussière. Et ils n’allaient certainement pas en rester là.
Serpentard

avatar
Morten Nielsen
Serpentard
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 23
Messages : 295
Mornilles : 1416

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Jeu 22 Oct - 20:33

« Je… »

Emma ne s’était pas attendue à ça. Morten pouvait se montrer sec parfois, mais là, elle avait l’impression qu’il était simplement méchant. Quand elle se releva, la chaise derrière elle s’écarta brusquement et tomba dans un bruit assourdissant. Mais la jeune fille se fichait totalement du regard noir que devait leur lancer Mme Pince. Elle avait l’impression d’avoir reçu un coup de poignard dans le cœur. Elle n’avait qu’une envie : fondre en larmes. Mais puisqu’elle était blessée, elle n’allait pas le laisser s’en tirer à si bon compte. C’est pourquoi elle ajouta, en anglais :

« Tu sais quoi ? Fais comme ça ! J’ai jamais demandé à être malade, ni à ce que toi, Zach ou Karen assistiez à tout ça ! Je t’autorise à ne plus être mon frère. Vis ta vie et oublie-moi. »

Elle attrapa le livre sur la table ainsi que son sac, bouscula Morten d’un coup d’épaule et s’éloigna vivement vers les rayons. Elle avait les larmes aux yeux, mais elle ne voulait pas qu’aucun d’eux ne la voit dans cet état. Ce n’est qu’à l’abri des regards qu’elle se laissa aller. Les larmes roulèrent le long de ses joues, et une fois qu’elles eurent commencé, ce fut impossible de les arrêter. Elle posa le livre sur une des étagères, au hasard, et se laissa glisser sur le sol. Elle cacha son visage dans ses mains et rapprocha ses genoux vers sa poitrine. Jamais il ne s’était montré ainsi. C’était depuis qu’il était entré à Poudlard. Est-ce que c’était le fait qu’il soit à Serpentard ? La Serdaigle n’en savait rien, mais elle voulait retrouver son grand frère, celui qui venait la chercher pour lui raconter une histoire de chevalier et de princesse quand elle venait d’avoir une crise, celui qui criait ‘Marco’ à travers un large couloir, juste pour qu’elle puisse répondre à son tour ‘Polo’.

Et puis, s’il tenait à se battre avec un autre garçon, qu’il le fasse. Après tout, en quoi ça la regardait ? Ah si, ça la regardait à partir du moment où Morten s’en prenait à quelqu’un qui l’avait aidée. Mais qu’est-ce qu’elle pouvait faire ? Elle ne voulait pas d’une dispute. Pas ici, dans la bibliothèque. C’était son refuge à elle, ils n’avaient pas le droit de faire ça. Emma releva brusquement la tête et observa ses mains. Plus particulièrement, ses doigts. Elle ressentait des picotements. Et ça, depuis l’an dernier, ça n’apparaissait qu’avant une crise d’épilepsie. Ses yeux s’ouvrirent en grand, laissant échapper de nouvelles larmes. Non, elle ne voulait pas. Pas là, pas maintenant. Avec un peu de chance, ce n’était qu’un simple effet de son corps, et pas de sa magie.


« Merlin, s’il vous plaît, je vous en supplie, pas ça… », murmura-t-elle si doucement qu’aucun son ne s’échappa de ses lèvres.
Elle se remit rapidement sur ses jambes, et sortit de la bibliothèque. Elle n'avait pas laissé le temps aux garçons de la voir partir, mais après tout, cela n'aurait rien changé.


[HJ : voilà, Emma vous abandonne à votre bagarre messieurs ^^ Donc l'édit, c'était pour plus de cohérence avec la suite]


Dernière édition par Emma Nielsen le Ven 27 Nov - 13:32, édité 1 fois
Serdaigle

avatar
Emma Nielsen
Serdaigle
Date d'inscription : 12/10/2009
Age : 29
Messages : 1468
Mornilles : 581
Où suis-je ? : Dans la Tour des Serdaigles

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Sam 24 Oct - 1:04

William fit un pas en avant, mâchoires contractées, regard noir toute voile dehors, et poings serrés. Le traître ! William aussi se souvenait très bien de la chute dont Morten parlait. Le Serpentard lui était purement et simplement rentré dedans, dans son dos, de sorte que Will avait été totalement surpris et était tombé dans le vide. C'était l'arbitre qui l'avait rattrapé au vol, de justesse, provoquant les moqueries des verts. D'autant plus que l'arbitre en question n'avait strictement rien vu de la lâche collision illégale, ce qui fait que Morten n'avait même pas été puni. Mais William s'était promis de lui rendre la pareille. Et pourquoi pas la lui rendre tout de suite ?

Il en avait presque oublié Emma et était presque près à sauter sur le Serpentard aux airs si fiers. Seuls deux ou trois points le retenait, notamment bien entendu sa conscience de la jeune fille derrière lui, le fait que ce soit son frère, et qu'ils étaient dans la bibliothèque, étroitement surveillée par Mme Pince. C'était d'ailleurs étrange qu'elle n'ait pas déjà rappliqué.
Mais le frère et la soeur continuaient de se disputer, et ce fut la réaction finale d'Emma qui mit un terme à la fois à la conversation, mais en plus à toute envie de William d'en découdre maintenant. Quoique, Morten aurait peut-être bien mérité qu'on lui fasse rentrer une petite leçon dans le crâne. Mais c'était Emma, le plus important.

Will ne savait pas ce qu'ils s'étaient dit pour que ça affecte à ce point la jeune fille, mais son frère avait du sacrément la blesser. Le Gryffondor le regarda avec un air de dégoût. Mais il n'ajouta rien. Ce n'était pas la peine de surenchérir avec des remarques blessantes ou insultantes, ce n'était plus le moment. De plus, ils n'étaient pas de le bon lieu pour ça, ils auraient bien le temps dehors. En plus de ça, le départ précipité d'Emma avait coupé à Will toute envie de chercher la bagarre.
Il aurait bien couru après la jeune fille, mais d'un autre côté il estimait que ce n'était pas à lui de le faire. C'était un sentiment confus, mais très clair, mais il le ressentait bel et bien : la dispute, c'était entre elle et Morten, il n'avait rien à voir là dedans - ou presque. C'était donc à lui d'aller la retrouver.


"Tu ferais bien de la suivre et de rattraper le coup, si tu n'es pas trop stupide."

Il aurait pu rajouter mille et une autre paroles, remarques ou injures, mais il se retint. C'était assez rare de sa part, surtout dans de pareils cas, où la tension était palpable. Non, William se contenta de reprendre le livre qu'il avait lu et, après un dernier regard soutenu et meurtrier vers Morten, il quitta la bibliothèque.
Gryffondor

avatar
William Green
Gryffondor
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 31
Messages : 1185
Mornilles : 809
Où suis-je ? : Sur le terrain de Quidditch

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   Sam 24 Oct - 19:51

Morten eu un rictus de satisfaction en voyant le regard noir de William s’accentuer et ses poings se serrer. Ce souvenir avait ravivé la rancœur en lui, et c’était précisément ce que le Serpentard cherchait à faire. Humilier le griffon. Et il avait plutôt réussi… Il ne lui manquait qu’un mot de sa part, et il était persuadé que cela briserait toute retenue, et qu’ainsi, William se retrouverait en miette en moins de deux. Sauf s’il avait le temps de riposter. Hum, rectification : Morten était évidemment plus doué que lui en matière de combat. Enfin du moins, c’est ce qu’il croyait. Puis il se rappela un détail : ils se trouvaient dans la bibliothèque. Donc toute bagarre techniquement impossible. Dommage. Mais s’ils en venaient aux mains, Morten allait bien réussir à emmener son adversaire dans un autre endroit, comme une salle de classe déserte ou un coin isolé du parc. Ou même pas isolé du tout, pour que les autres élèves puissent assister « au match ».

Mais cette idée fut interrompu par ce qu’Emma lui répondit. Et le pire, c’est qu’elle ne lui laissa même pas le temps de riposter, car elle s’en alla plus vite qu’il ne le faut pour l’écrire.

« Emma ! »

Mais son appel ne servit à rien. Il afficha alors une mine déconcerté. Pourtant, il n’avait pas crié autant que d’habitude. Mais… C’étaient ses paroles qui l’avaient blessée. Et Morten les regretta aussitôt. Son esprit combatif disparut aussitôt, ainsi que son rictus. Il s’attendit alors à recevoir une réplique agressive de la part de Will, alors il se retourna, prêt à riposter. Mais ce qu’il entendit, c’était plus un conseil agacé qu’une réplique cinglante. Sauf qu’il n’avait vraiment pas besoin qu’il le lui dise pour en avoir l’idée. Alors, tandis que le Gryffondor s’éloignait, il lui lança :

« Je me demande vraiment qui est le plus stupide d’entre nous, Green ! Tu n’as strictement aucun conseil à me donner. Alors maintenant, sors de ma vue, avant que je ne te réduise en poussière ! »

Il attendit qu’il disparaisse réellement avant d’ajouter tout bas :

« Mais pour rien au monde je ne t’aurais dit à toi que je regrettais… »

Et il se retourna, pour se mettre à chercher sa sœur entre les rayons. Elle n’avait pas pu aller bien loin… Il allait la trouver, la serrer dans ses bras, et lui dire qu’il s’excusait. Qu’il n’aurait jamais du lui dire tout ça. Il devait prendre sur lui. Cela ne signifiait absolument pas qu’il s’excusait auprès du Gryffondor évidemment, lui, c’était une autre histoire. Seulement, après plusieurs allers-retours, il s’aperçut qu’Emma était introuvable. Morten du se résoudre à quitter la bibliothèque, son humeur très différente que celle qu’il avait pu avoir en y entrant. Quoi que pas si différente en fait… Il avait toujours autant envie de détruire tout ce qui se trouvait sur son passage. Ce qu’il y avait en plus, c’était l’énorme poids de culpabilité qui lui pesait sur le cœur.

HJ : T'es même pas marrant de pas vouloir te battre maintenant, xD. Mais t'en fais pas, ça va venir :mcgreen:
Serpentard

avatar
Morten Nielsen
Serpentard
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 23
Messages : 295
Mornilles : 1416

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]   



Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Le malheur des uns fait le bonheur des autres [Will & Morten]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwart's World :: Poudlard :: Quatrième Etage :: Bibliothèque-