Hogwart's World

Venez découvrir le monde sorcier à l'époque des Maraudeurs !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

 

 Mélusine Marendel

MessageAuteur
MessageSujet: Mélusine Marendel   Mar 21 Sep - 21:54


Marendel
« Mélusine »





Coco Rocha

Carte d'identité


Nom : Marendel
Prénom : Mélusine Athénaïs Cassandre
Nationalité : Anglaise
Age : 15 ans
Année : 5ème
Ascendance des parents : Sang-Pur

Expérience magique

Astronomie : 9/10
Botanique : 5/10
DCFM : 9/10
Histoire : 10/10
Métamorphose : 10/10
Potions : 9/10
Sortilèges : 10/10
Vol : 0/10
+
Arithmancie : 8/10
Etude des Runes : 9/10



Apparence


L'apparence de la jeune fille est pour le moins... Surprenante.
Tout d'abord parce qu'elle ne suit pas la mode, mais bel et bien ses propres goûts (qui eux-mêmes sont assez déstabilisants...). Elle pourra apparaître un jour totalement démaquillée, cheveux lisses tirés en arrière dans une coiffure stricte, vêtements gris sous sa robe de sorcier ; et le jour d'après arriver dans une tenue tout aussi colorée que son maquillage extravaguant, froufrous et jupons dépassants de partout, cheveux hirsutes. A la vérité, elle ne fait pas vraiment attention à son apparence physique et se fiche de ce que peuvent penser les autres de son look. Être bien habillée, suivre la mode ou être dans le coup ne l'intéresse pas. Lorsqu'elle doit se préparer le matin, elle met les vêtements qui l'inspirent, rien de plus rien de moins. Et peu importe qu'ils s'accordent bien ensemble ou non.
Un point étonnant chez elle, et qui a laissé perplexe des quantités de chercheurs et médecins en tout genre, c'est son impressionnante capacité à engloutir - parce que lorsque l'on mange pour 10 fois la contenance de son estomac, il s'agit bien d'engloutir - une quantité totalement hallucinante de nourriture, et rester d'une minceur à la limite du raisonnable. En fait, ce qui a réellement donné à réfléchir aux médecins, c'est qu'à côté de ça, Mélusine ne fait aucun sport... Et personne jusqu'ici n'a encore trouvé la clé du mystère. La seule qui se fiche de cette entorse à la nature c'est Mélusine elle-même : du moment qu'elle peut continuer à manger et à s'empiffrer (une de ses grandes passions, avec les cours et le fait de dormir), elle ne se pose pas plus de questions.
Pourtant, cette grande jeune fille au look déjanté laisse parfois paraître une certaine délicatesse et une grâce sous ses accoutrements farfelus. Elle n'est pas à tomber par terre, ni ne ressemble à une mannequin ou à la prochaine miss France. Mais ses longs cheveux bruns ou roux (selon le sort qu'elle leur jète le matin) encadrent un visage d'une pâleur cristalline aux traits extras fins, complété de deux grands yeux en amande d'un bleu turquoise éblouissant. Si elle s'en donnait la peine, Mélusine pourrait sûrement paraître assez jolie... Pour peu qu'elle en ait eu quelque chose à faire.




Personnalité


Contradiction, vous avez dit contradiction ?
C'est ce qu'est Mélusine, une contradiction personnifiée. Tout d'abord parce qu'elle est à la fois une travailleuse acharnée mais aussi une des plus grandes flemmardes qu'ait jamais connu le monde sorcier. Studieuse à l'extrême, Mélusine aime passer tout son temps libre à la bibliothèque - son endroit favori du château - où elle emprunte des montagnes de livres qui semblent à tous ses autres congénères barbants au possible. Elle les lit d'ailleurs à une vitesse impressionnante, et dans les lieux les plus incongrus - de la Grande Salle en passant par les couloirs lorsqu'elle va d'un endroit à un autre, jusque dans les cours ou même dans les toilettes. Elle est véritablement passionnée par les cours, l'Histoire de la Magie en premier, ce qui la fait une fois de plus passer pour une extraterrestre aux yeux des autres élèves. Faire ses devoirs est pour elle un plaisir aussi grand qu'un joueur de Quidditch aimerait voler sur un balai, ou qu'un geek jubilerait de passer des heures sur son jeu vidéo préféré. Bref, la demoiselle aime les cours, et ceux-ci lui rendent bien puisqu'elle obtient dans quasiment toutes les matières des notes impressionnantes. Comment se pourrait-il qu'une jeune fille si studieuse puisse donc être une flemmarde de compétition ? C'est très simple : essayez donc de la réveiller le matin. Car l'autre de ses grandes passions dans la vie, c'est de passer le reste de son temps dans les bras de Morphée, son grand copain. Mélusine aime dormir, passionnément. Trop passionnément. Le réveil est réellement un fléau pour elle, et ses collègues de dortoir doivent s'y prendre à plusieurs fois, et inventer des techniques toujours plus sophistiquées et différentes pour la faire sortir du lit. Mais une fois debout, le travail n'est pas fini pour la jeune fille : elle doit encore se réveiller. Il n'est pas rare qu'elle se rendorme alors qu'elle est devant sa malle à choisir ses vêtements - d'où ses tenues étranges parfois - ou bien devant le miroir lorsqu'elle se brosse les dents. En plus de ces séances de torture matinale, Mélusine brille en tant que pantouflarde par son rebut total pour tout effort physique. Elle ne se sent bien qu'assise et couchée, refuse de faire de trop longues marches, grogne quand elle doit se rendre à l'autre bout du château, et se bloque complètement lorsqu'il s'agit de pratiquer un quelconque sport. Autant dire que la seule matière où elle est réellement mauvaise soit le Vol sur Balais, cours qu'elle redoute et qui la hante. Car ce qui caractérise également Mélusine, c'est son horreur du monde extérieur. Ah, la confortable sensation de bien-être lorsque l'on est pelotonné dans un bon fauteuil moelleux au coin du feu ! Alors que sortir dehors ? Pour quoi faire ? Elle déteste l'hiver aussi bien que l'été, méprise la pluie, la neige et le froid, et se cache du soleil et de ses rayons destructeurs. Elle hurle si elle aperçoit un insecte et se renfrogne quand elle entend dire que cueillir des fleurs pour en faire des bouquets c'est chouette, ou qu'aller se balader un peu lui ferait du bien. Quel était l'intérêt de marcher bêtement dans le parc sans destination fixe, ni rien de précis à faire à la fin, hein ? Elle pouvait aussi bien crapahuter dans le château, au chaud.
Mais à côté de cette flemme intense qui, si on en croit cette description, fait de Mélusine une jeune fille terne et sans vie, voire totalement rasante, elle est possédée par une formidable énergie qui s'exprime parfois subitement. C'est comme si tout ce temps qu'elle passe à étudier, à lire ou à ne pas bouger s'accumule, et qu'elle a besoin de l'évacuer de temps à autre. Ainsi, aussi paresseuse soit-elle, il n'est plus vraiment étonnant pour les élèves qui la connaissent de la voir se mettre à danser dans les couloirs en chantant un air qui lui trotte dans la tête, ou bien sauter en sortant d'un cours qu'elle aura trouvé particulièrement intéressant, ou encore gesticuler parce qu'elle voit un plat qu'elle adore. Plus généralement, Mélusine a des réactions totalement incongrues et déroutantes ; elle répond très rarement ce que l'on attend d'elle lorsqu'on lui pose une question, ou bien encore va interpréter les choses d'une manière complètement différente de tous les autres. Elle ne le fait en rien exprès : elle semble être perpétuellement ailleurs, dans les nuages, ou plutôt dans sa bulle. C'est comme si elle vivait dans son monde à elle, avec des perceptions et des conceptions radicalement différentes. Même ses notions du bien et du mal ne ressemblent pas à ceux de la plupart des individus, ce qui fait justement qu'elle les surprend souvent. Il n'est pas du tout impossible pour la jeune fille de rire aux éclats par exemple, alors que toute la classe sera atterrée qu'un professeur ait lancé une punition générale. Elle est comme son apparence physique : elle ne suit pas la mode ni les règles de bienséance. Elle fait selon ses propres envies de l'instant, ce qui fait d'elle la fille la plus naturelle et la plus spontanée que beaucoup de gens aient jamais rencontrés. En tout cas, elle ne passe jamais inaperçue et ne laisse jamais indifférent : soit on l'aime, on apprécie son décalage, on rit de ses répliques ou de ses moues, soit on la trouve énervante et agaçante au possible, gênante comme un cafard et plus barbante qu'une statue grecque.




Biographie


Née dans une famille nombreuse, Mélusine se situe environ au milieu de ses 8 frères et sœurs. Méduse, 21 ans ; Loïc, 19 ans ; Lothaire, 18 ans et Mélicende, 17 ans constituent ses ainés. Viennent après elle les jumelles Mélune et Mélandre, 13 ans puis Lotis, 11 ans et Logan, 8 ans. Toute cette tribu est élevée par leurs deux parents, Lionnel et Morgane, qui s'aiment autant qu'ils aiment leurs nombreux enfants. Ils tiennent tous les deux une boutique d'antiquaire qui fonctionne très bien, et qui est visitée autant par les sorciers que par les moldus, qui ne savent bien sûr pas le monde magique qu'ils côtoient. Ils vivent tous ensemble dans l'énorme manoir familial : en effet, les Marendel sont une famille assez connue de sorciers depuis plusieurs générations, et qui a amassé au fil des siècles une richesse confortable. Les Marendel se distinguent cependant de la plupart des autres familles de "vrais sorciers" par le fait qu'ils n'accordent pas de réelle importance au fait d'être Sang-Pur ou pas, et que ses membres ne sont ni hautains, ni méprisants. Bien entendu, chacun est différent, et la famille de Mélusine comporte aussi ses moutons noirs. Il faut dire que l'arbre généalogique dont elle fait partie est totalement impressionnant, et qu'elle est loin d'en connaître tous les membres. Mais ce qu'elle sait, c'est que tous ceux qui vivent avec elle dans le manoir Marendel sont de très bons vivants, des gens adorables et des cœurs d'or. En plus de ses parents et de ses frères et soeurs, Mélusine côtoie régulièrement chez elle des tantes, oncles, cousins et grands-parents, ce qui donne des repas de famille gigantesques, mais aussi immanquablement heureux, ponctués de rires et de farces.
L'enfance de Mélusine a donc été dorée et facile. Malgré le nombre d'enfants qu'ils étaient, leurs parents se sont toujours montrés très présents et ont attaché beaucoup d'importance à les entourer d'une affection particulière. Mélu n'a jamais manqué de rien, que ce soit émotionnellement ou financièrement. Quant à ceux qui se demandent qu'est-ce qu'il a bien pu lui arriver de grave dans sa vie pour qu'elle soit si étrange et particulière, il n'y a pas à chercher si loin : le simple fait de vivre perpétuellement entourée d'une ribambelle de gens, et d'une tribu d'enfants qui ont tous plus ou moins le même âge oblige presque naturellement à se démarquer d'une façon ou une autre. Mélusine y arrive en étant à la fois surdouée et en ayant son monde bien à elle ; malheureusement, il est vrai que certains autres membres de sa famille ne s'en sont pas si bien sortis et c'est ainsi qu'elle a observé avec peine un de ses cousins se renfermer de plus en plus à mesure qu'il grandissait.
La jeune demoiselle n'a pas été étonnée le moins du monde de recevoir sa lettre d'admission à Poudlard, ayant déjà découvert ses pouvoirs depuis bien longtemps - et toute sa famille en étant dotée. Elle ne fut pas non plus particulièrement dépaysée en y entrant, puisqu'elle retrouvait ses grands frères et sœurs qui y étaient déjà, et fut suivie par ses jumelles quelques années après. Et puis de toute façon, il en fallait plus à Mélusine pour se retrouver dépaysée dans sa bulle...



Répartition



1. Dimanche soir dans votre salle commune, vous venez de vous rendre compte que vous avez oublié de faire votre devoir de métamorphose à rendre pour la première heure demain matin.
-> Vous, oublier un devoir ? Vous vous réveillez en sursaut, ce n’était qu’un vilain cauchemar.

2. Dans un couloir, vous tombez sur deux Serpentards en train de martyriser un élève de première année.
-> Parfois, il est préférable d’agir, vous foncez aider le jeune élève.

3. C’est le premier match de Quidditch de l’année.
-> Etudier sérieusement vous réussira plus dans l’avenir que de regarder un match amateur.

4. En vous rendant en cours de potions, vous tombez sur une bourse remplie de gallions et de mornilles.
-> Vous prenez la bourse dans l’intention de chercher par vous-même à la rendre à son propriétaire.

5. En cours d’Histoire de la Magie, vous apercevez un Gryffondor prêt à allumer un pétard magique.
-> Vous riez sous cape. Ça promet d’être drôle !



Derrière l'écran


Code du règlement :
Spoiler:
 
Serdaigle

avatar
Mélusine Marendel
Serdaigle
Date d'inscription : 21/09/2010
Age : 31
Messages : 5
Mornilles : 260

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mélusine Marendel   Mer 22 Sep - 10:11

*A-t-on jamais vu une enfant aussi studieuse et intéressée par les livres ? De mémoire de Choixpeau, je ne crois pas, et Godric sait si j'ai de nombreux souvenirs ! Jeune fille, pour toi ce sera indiscutablement*
"SERDAIGLE !"
Créature

avatar
Le Choixpeau Magique
Créature
Date d'inscription : 12/10/2009
Messages : 96
Mornilles : 0

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
 

Mélusine Marendel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwart's World :: De la théorie à la pratique :: Présentations :: Présentations validées des élèves-