Hogwart's World

Venez découvrir le monde sorcier à l'époque des Maraudeurs !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

 

 Entraînement à la dure... [Morten]

MessageAuteur
MessageSujet: Entraînement à la dure... [Morten]   Lun 26 Juil - 10:34

Balai en main, batte dans l’autre, Lyla était bien décidée à affronter la neige s’il fallait, pour s’entraîner un peu. Son balai, c’était un Nimbus 1500, qui datait de quelques années et qui avait servi à Alekseï quand il était encore à Poudlard. Mais depuis une dizaine d’années, la Compagnie des Balais de Course Nimbus s’était élevée en haut de l’échelle en ce qui concernait les balais de course, et elle arrivait à de bons résultats avec le sien. Ce qui était, après tout, tout ce qu’on attendait d’elle dans l’équipe. Au début, ils avaient eu un peu de mal à l’accepter, mis à part le capitaine, qui avait tout de suite compris quel était son potentiel. Ce n’est qu’une fois qu’ils avaient tous vu comment elle se débrouillait une fois qu’elle volait dans les airs qu’ils avaient laissé tomber les préjugés qu’ils avaient à cause de sa réputation. Si cela ne la poursuivait pas encore après l’école, c’est qu’elle aurait de la chance. Pourtant, ce n’était pas faute de se tenir à carreaux, de rester éloignée de la gente masculine en général, et surtout de Nielsen et Carter, mais il semblait qu’il n’y ait rien à faire. Eux deux n’avaient pas l’air prêts à lui pardonner, et leurs groupies encore moins. Ces folles ne devaient pas supporter qu’on humilie leurs idoles.

La neige crissait sous ses pas. La jeune fille s’avança jusqu’à la malle qui renfermait les Cognards, et l’ouvrit. Elle en libéra un qui partit comme une flèche dans le ciel. Aussitôt, elle enfourcha son balai et s’élança à sa suite, mais la balle avait disparu. Elle eut à peine le temps d’entendre un léger sifflement qu’elle se retourna et frappa de toutes ses forces pour renvoyer le dangereux ballon aussi loin que possible d’elle. Elle savait que la balle chercherait à l’attaquer à nouveau, aussi se tenait-elle sur ses gardes. Si elle voulait s’entraîner aujourd’hui, ce n’était pas à repérer quand la balle lui arrivait dessus. Ça, elle savait déjà le faire, tant et si bien qu’on aurait dit qu’elle avait un radar à la place des oreilles. Non, en fait, elle s’était rendu compte qu’elle avait un peu de mal à viser, et cela allait se révéler problématique pour le prochain match. Le capitaine lui en avait fait la remarque, et c’était la raison pour laquelle elle était venue sur le terrain seule.

Lyla avait attaché ses cheveux en un chignon bien serré, de sorte qu’aucune mèche blonde ne vienne lui boucher la vue. Elle avait aussi laissé tomber son maquillage quotidien, parce qu’elle n’avait personne à impressionner sur le terrain, à part elle-même, et elle n’avait pas besoin de ça. Ce qu’elle voulait, c’était se surpasser en visée.

La Poufsouffle essayait de se concentrer, mais visiblement, elle pensait à autre chose. Cela ne faisait quelques jours qui s’étaient écoulés depuis le bal de Noël. Où elle avait eu la joie, non seulement de constater que ses parents étaient absents, mais aussi qu’il n’y avait qu’Alekseï qui était venu. Contre toute attente, la soirée s’était bien déroulée. Les groupies s’étaient tenues tranquilles, et elle n’avait pas eu de problèmes avec ses deux ex non plus. Il faut dire que ces deux derniers avaient été pas mal occupés, même si elle n’avait pas suivi tout ce qu’il s’était passé. Ce court moment d’inattention faillit lui coûter cher. Le Cognard la prit à revers, et elle eut à peine le temps de basculer sur le côté, se retrouvant la tête à l’envers, retenue à son balai seulement par ses jambes. Et sa batte était tombée dans la neige, elle n’arrivait même pas à la voir de là où elle était. Le Cognard, quant à lui, préparait sa prochaine attaque.

Lyla plongea vers le sol avec une rapidité époustouflante. Elle volait à ras des pâquerettes, espérant repérer sa batte le plus vite possible avant de se faire de nouveau agresser. La main protégée par un épais gant de cuir, elle enfonça son bras dans l’abondante masse gelée à peu près à l’endroit où sa batte avait dû tomber. Ses doigts affermirent leur prise sur le manche en bois, et elle la ressortit juste à temps pour envoyer le Cognard en plein dans la direction des buts à l’extrémité ouest du terrain. Pendant un instant, elle s’était vue se prendre la balle dans le ventre et être projetée avec violence sur le sol, et elle en avait eu des sueurs froides. Elle reprit de l’altitude, bien décidée, cette fois, à ne plus penser à rien d’autre que ce qu’elle faisait sur le moment.
Poufsouffle

avatar
Lyla Lacombe
Poufsouffle
Date d'inscription : 18/02/2010
Age : 27
Messages : 44
Mornilles : 922
Où suis-je ? : Très bonne question...

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Pur
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entraînement à la dure... [Morten]   Mar 27 Juil - 14:03

*Pourquoi ne suis-je jamais tout seul quand je décide de venir m’entrainer en solo, rien que le terrain et moi ?*

C’est ce que s’était demandé Morten en poussant la porte des vestiaires de Serpentard donnant sur le terrain de Quidditch. Tout blanc. Visiblement, peu d’élèves avaient eu la même idée que Lyla Lacombe et lui, vu l’absence de nombreuses traces de pas et la légère épaisseur de neige sur les anneaux. Oui, le Serpentard avait reconnu cette dernière dès qu’il avait levé les yeux vers le ciel. Quelle ironie, n’est-ce pas, quand on se souvenait du temps qu’il avait mis pour mettre un nom sur son visage lors de leur dernière rencontre. Comment Morten pourrait-il ne plus la reconnaitre une seconde fois ? Surtout dans les circonstances de leur entrevue… Il était parfois idiot, mais quand même. Elle avait attaché ses cheveux, chose relativement essentielle pour éviter que les mèches ne viennent gêner la vue.

… Ouais, bah même avec un chignon elle avait eu du mal à le voir venir celui-là. Un peu plus et elle se le prenait en pleine tête. Mais Lyla avait été suffisamment surprise pour laisser sa batte aller s’écraser dans la poudreuse. Lorsque la jeune fille plongea pour aller récupérer ce qu’elle avait fait tomber, Morten se recula dans l’ouverture de la porte, de façon à voir un peu sans être vu du tout. Du moins, pour l’instant. Si Lyla le voyait apparaitre, elle pourrait être déconcentrée et bel et bien se retrouver à l’infirmerie à cause du cognard. Comment ça Morten s’en souciait ?! Depuis quand ?


*Quoi que… je m’en fiche. Je veux voler. Je voulais être seul, mais tant pis.*

Ah, voilà qui est mieux. Le Serpentard ouvrit donc la porte une fois pour toutes et s’avança sur le terrain, ses grands pieds s’enfonçant dans les quelques centimètres de neige. A l’instar de la Poufsouffle, il avait son balai dans sa main gauche, un modèle de Nimbus qui lui avait été offert deux ans auparavant par ses parents en récompense de ses BUSES, et sa batte dans la main droite. Sa tenue verte et argent n’allait sans doute pas passer inaperçue, et Lyla l’avait certainement déjà vu ; il ne servait à rien de s’attarder à terre plus longtemps puisqu’un cognard avait déjà été libéré (il viendrait détacher le second pour pimenter le jeu un peu plus tard). Il s’éleva donc dans les airs, heureux comme tout. Pendant un instant, une très courte seconde, il oublia qu’il n’était pas seul.

Morten ne s’était pas spécialement levé tôt ce matin-là, profitant d’une petite grasse matinée en prenant son temps sous une douche brûlante et un petit-déjeuner comme il les aimait. Il avait vu Traiger la veille, et à vrai dire, il était plutôt satisfait. Ce n’était plus qu’une question de jours pour que leur relation devienne officielle, il en était certain – ce qui allait sans aucun doute leur attirer les foudres du fan-club de Sir Morten mais surtout d’Emma. Emma détestait Traiger Shayne (il y avait peut-être de quoi, mais à chaque fois le jeune homme lui trouvait des excuses). Ah c’est sûr, Emma en colère, c’était effrayant. Surtout qu’entre le frère et la sœur, ce n’était pas la joie en ce moment. Et peut-être aussi que c’était pour ça qu’il était allé commencer à jouer avec la Serpentard. Parce qu’elle au moins n’avait pas envie de l’étrangler, de verser du poison dans son jus de citrouille ou de lui balancer un cognard à la figure. Au moins, elle l’appréciait. Peut-être même plus. Non, il ne fallait pas exagérer non plus.

Quoi qu’il en soit, en ce début de samedi après-midi, Morten avait voulu aller s’entrainer un peu, histoire de se défouler avec quelques coups de batte, de se vider un peu l’esprit, surtout ne pas perdre la main, et d’accessoirement entretenir ce corps d’apollon. Une fois arrivé à bonne hauteur (quasiment la même que Lyla, mais non, Morten n’y avait pas fait attention), il brandit sa batte et frappa de toutes ses forces dans le cognard qui, heureux d’avoir un nouveau joueur à désarçonner, venait de foncer sur lui et l’envoya en direction des tribunes de Gryffondor. Bien sûr, il n’allait pas tarder à revenir, si bien que le Serpentard ne lâcha pas la balle des yeux, toujours en tenant l’outil prêt à frapper de nouveau. Jusque là, Morten n’avait encore adressé aucun mot à Lyla, mais il hésitait encore. Lui dire quoi ? Un truc méchant comme il savait si bien le faire, ou quelque chose de plus sympa pour lui montrer qu’il voulait simplement passer un peu de temps sur le terrain et qu’il se contrefichait de sa présence, ou alors être carrément impoli et ne rien dire du tout ? En bon comédien, le batteur ne laissa rien paraitre de son hésitation et se contenta de suivre le cognard des yeux, qui avait reporté son attention sur la Poufsouffle. Libérant alors une de ses mains, Morten la passa dans ses cheveux et dirigea ensuite son regard vers Lyla, malgré lui.


« Si tu pouvais éviter de le faire atterrir sur ma tête aujourd’hui, s’il te plait, ça m’arrangerait. »

Bah oui. Ce n’était pas un match, alors si elle pouvait épargner ses beaux yeux au moins ce coup-ci… Quoi qu’une blessure de guerre pourrait lui donner un point en plus lorsqu’il reverrait Traiger. Mais pour l’instant, le coup de poing reçu en plein visage par son adversaire lui revenait en mémoire, le rendant du coup plus méfiant, se cramponnant à sa batte. Il fallait s’attendre à tout, avec Lyla.


Dernière édition par Morten Nielsen le Mer 28 Juil - 16:15, édité 1 fois
Serpentard

avatar
Morten Nielsen
Serpentard
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 23
Messages : 295
Mornilles : 1416

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entraînement à la dure... [Morten]   Mar 27 Juil - 15:31

Pourtant, Lyla n’avait bel et bien pas vu Morten arriver. Pour la simple et bonne raison qu’elle fermait les yeux de manière à se concentrer exclusivement sur les bruits qui l’entouraient, et sur ceux du Cognard. Elle avait bien reconnu le sifflement d’un balai qui prend son envol, forcément avec un joueur dessus, puis le claquement sourd du bois contre la balle en cuir. Cette même balle qu’elle avait sortie pour s’entraîner seule, normalement. Elle n’avait rien contre de la compagnie, sauf que, lorsqu’elle ouvrit les yeux et reconnut le Serpentard, elle s’aperçut bien vite que cette compagnie-là, eh bien, elle n’en voulait pas. Il avait été élevé où celui-là, dans une porcherie ? Les règles de politesse, visiblement, il ne connaissait pas. Soit, la Poufsouffle ne voyait aucune raison de ne pas en faire autant. Elle renvoya le Cognard au loin tandis que l’autre… crétin, il n’y avait pas d’autre mot, lui envoya lui-même une remarque fort sympathique dans les dents. Elle aurait pu ne rien dire, serrer les dents comme les autres jours, mais quelque chose en elle craqua.

« Si c’est pour faire ce genre de remarques que tu es venu, c’était vraiment pas la peine… » Il venait de la dégoûter du jeu. Elle n’avait plus du tout envie ni de voler, ni de s’entraîner. Sans lui laisser le temps de rétorquer quoi que ce soit, elle continua : « Tu sais quoi ? C’est bon, je laisse tomber. J’en ai assez. »

Alors que le Cognard s’apprêtait à l’attaquer dans le dos, elle laissa le balai tomber. Le projectile, plutôt que de la suivre, continua vers le Serpentard. Mais Lyla s’en fichait. Elle atterrit prestement, et marcha d’un pas vif en direction des vestiaires de son équipe. Elle aurait au moins eu le temps de s’entraîner une petite heure, et puis il y aurait d’autres séances de préparation avec toute l’équipe de sa maison. La jeune fille claqua la porte derrière elle, puis rangea sa batte dans l’armoire prévue à cet effet. Elle retira ses gants et les balança avec violence dans son casier, puis se laissa tomber sur un des bancs du vestiaire. Elle regrettait bien, tiens, ce qu’elle avait dit à Jillian sur Nielsen. En fait, ce n’était qu’un abruti au final, même s’il l’avait aidée la dernière fois, c’était simplement parce qu’il avait eu pitié d’elle. Elle n’aurait jamais dû lui trouver une excuse pour son retard, elle aurait dû le laisser se débrouiller tout seul après. Il se serait fait coller, et ça aurait été bien fait pour lui.

Lyla s’allongea sur le banc. Ce n’était pas très confortable, mais elle ne voulait pas aller se doucher tout de suite. Elle fixait le plafond, tout en réfléchissant.

Pourquoi venait-elle de se laisser faire par ce stupide et prétentieux arrogant ? Elle n’aurait eu qu’à lui renvoyer le Cognard dans le ventre – ou plus bas – et ça lui aurait fait ravaler son venin de serpent. Oui mais… Elle s’en serait frappée la tête avec sa propre batte. Il était hors de question qu’elle se fasse avoir comme une simple débutante, elle n’en était plus à ce stade-là. C’était du passé. Alors oui, il était vraiment mignon, il avait des yeux à tomber, mais c’était aussi un véritable crétin, et il pouvait être particulièrement infect, surtout avec elle. Elle n’avait aucune raison de le laisser la rabaisser parce qu’elle se souvenait du passé et des bons moments. Secrètement, elle espéra que le Cognard lui avait recassé son nez d’abruti. Sauf que si ça avait été le cas, elle l’aurait entendu se plaindre. Qu’est-ce qu’il pouvait être chochotte parfois, une vraie fille. Elle s’était bien cassé un doigt quand elle l’avait frappé lors de leur dernière rencontre, et pourtant, elle n’avait pas gémi comme un bébé, elle.

Elle releva légèrement la tête et retira l’élastique qui retenait ses cheveux. Les mèches blondes s’éparpillèrent sous son crâne comme des filaments dorés. L’arrière de sa tête et sa nuque lui faisait un peu mal, elle avait dû trop serrer tout à l’heure, quand elle s’était coiffée. La Poufsouffle s’installa en position assise, les jambes croisées sous elle, et se mit à fixer son casier – elle s’était installée juste à côté de ce dernier.
Si elle avait craqué, c’était parce que ce qu’elle venait de lui dire était vrai. Elle en avait vraiment assez d’être continuellement la cible des remarques, qu’elles viennent des groupies, de Carter ou de Nielsen. Quoiqu’encore, depuis que Carter sortait avec cette Serdaigle, Seewol, celle qu’elle avait aidée lors du cours de vol, son cas semblait se calmer. Et puis comme si cela ne suffisait pas, il y avait les coups fourrés des cinglées de service. Pas étonnant qu’au bout d’un moment, la goutte de trop fasse déborder le chaudron. Oh, bien sûr, elle ne laissait pas totalement tomber. Elle ne cesserait pas de se battre contre les groupies, seulement contre lui. Et Carter, s’il s’y remettait.


*Encore heureux qu’Alekseï ne soit pas au courant,* songea-t-elle. Si son frère avait su, pendant le bal, que les deux garçons lui faisaient des misères, parents ou pas, fête ou pas, il leur aurait dit sa façon de penser. Lyla n’était pas certaine que cela aurait arrangé les choses. Il y avait au moins une personne dans ce monde sordide sur laquelle elle pouvait compter, et se raccrocher. Il faudrait qu’elle finisse par lui dire la vérité. Elle savait comment cela se passerait ensuite, c’est pour cela qu’elle essayait de retarder ce moment. L’aîné des Lacombe irait voir le directeur de Poudlard, accompagné d’un Auror. Il porterait plainte pour harcèlement contre sa sœur – ce qui, au fond, en était – et, que ce soit les groupies, Carter ou Nielsen, tout le monde aurait à répondre des actes commis.

La Poufsouffle se sentait coincée. Elle qui avait l’ouïe si fine quand elle était dans les airs, elle n’entendit même pas que quelqu’un venait de frapper à la porte.
Poufsouffle

avatar
Lyla Lacombe
Poufsouffle
Date d'inscription : 18/02/2010
Age : 27
Messages : 44
Mornilles : 922
Où suis-je ? : Très bonne question...

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Pur
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entraînement à la dure... [Morten]   Mer 28 Juil - 16:14

*Ben voilà. Tu voulais être seul ? Tu l’es. T’as gagné.*

« Oh, allez ! » s’écria-t-il, mais il ne fut pas certain qu’elle l’aie entendu.

Il avait même failli ajouter « je plaisantais ». Mais quel crétin. Dans le genre idiot, on pouvait difficilement faire mieux. Non pas que Morten avait spécialement voulu être sympa avec Lyla (il se serait conduit autrement, du moins, espérons le) mais il s’était attendu au cognard dans la face. Ou dans le ventre. Ou… Morten, maso ? C’était peut-être à se demander, finalement, avec tout le tact dont il faisait preuve. Oui mais voilà, il s’agissait de Lyla Lacombe. Très jolie, certes, mais… elle s’était foutue de lui. Elle avait peut-être apprécié les quelques temps passés ensemble, mais elle s’était vraiment plu avec Carter également. Et ça, le Serpentard ne s'était pas gêné pour le faire remarquer au reste de l’école. Il avait sali la réputation de la Poufsouffle, l’avait complètement humiliée. Morten en avait conscience. Mais il ne semblait pas vraiment s’être préoccupé des conséquences que cela pourrait avoir. En plus de faire du mal à Lyla, s’entend. Sauf que là, le batteur avait l’étrange impression d’avoir poussé le bouchon un peu loin.

Sifflement très près de lui… Trop près. Perdu dans ses pensées (si, si, c’était possible), il n’avait pas eu le temps de réagir et se retrouva avec la tête en bas pendant deux secondes, avant de remonter d’un coup et de frapper dans le cognard afin de l’expulser le plus loin possible. Morten fonça ensuite dans la direction opposée en prenant de la vitesse, dessinant de larges cercles avant de zigzaguer de haut en bas et de droite à gauche. Et il aperçut Lyla disparaitre derrière la porte de ses vestiaires. Le ton qu’elle avait utilisé, et ces quelques mots « je laisse tomber… »… Mais Morten secoua la tête comme s’il cherchait à chasser une quelconque pensée de son esprit, et reprit de la hauteur en s’approchant des buts. Il remonta les poteaux et après avoir dépassé les anneaux, il brandit sa batte et envoya le cognard jusqu’un peu plus loin que la moitié du terrain.

Il tenta de se dire que malgré les crasses qu’il avait pu faire (et qu’il faisait toujours un peu), cette fille l’avait mérité. On ne sort pas avec deux mecs en même temps, deux ennemis, qui plus est, et… et on ne cassait pas le nez de Morten Nielsen à coup de poing en dehors des matchs (parce qu’à ce moment là, un accident est vite arrivé, même si contre les Poufsouffles ou les Gryffondors, ce ne sont plus vraiment des accidents). Et… et… Non, c’était à peu près tout ce qu’elle avait fait de mal. Mais bien que ce ne soit pas grand-chose de point de vue extérieur, la fierté de Morten en avait pris un sacré coup, et c’était pour cette raison qu’il insistait tant à en rajouter à chaque fois que l’occasion se présentait. Et pour la première fois de sa vie, le Serpentard se mit à la place de Lyla. C’est alors que le cognard le heurta en plein ventre, si brutalement qu’il en eut le souffle coupé et qu’il commença à dégringoler ; il parvint cependant à reprendre le contrôle du Nimbus et à atterrir sans trop se faire mal. Il mit encore quelques instants à se remettre du choc, et se décida finalement à arrêter là pour aujourd’hui. Après avoir rangé la balle furieuse tant bien que mal, Morten commença à se diriger vers son vestiaire. Seulement, Lyla était toujours dans sa tête, et aussi improbable que cela puisse paraitre, il lui sembla qu’un grain de culpabilité se formait peu à peu en lui. Mais là encore, il réussit à passer outre et à se dire qu’elle l’avait cherché. Qu’il ne fallait pas se moquer de lui.


*Mais quand vas-tu enfin te décider à grandir ?!*

Hurlement de sa conscience. Elle ne se manifestait pas souvent, certes, mais elle le faisait. Et pour le coup, ça le fit réfléchir. Morten s’arrêta brusquement et se décida à regarder les choses en face. Oui, elle avait mal agi. Mais lui aussi. Et son cas, c’était certainement le pire. Il fallait savoir s’arrêter parfois, et ça, il allait devoir en prendre conscience. Le Serpentard poussa un long soupir exprimant son agacement face à la situation, car admettre qu’il avait tort, c’était une véritable épreuve pour lui, avant de faire demi-tour et d’aller en direction du vestiaire des jaunes et noirs.

Lorsqu’il frappa à la porte, il se rendit compte qu’elle n’était pas forcément présente, elle aurait pu très bien partir où être sous la douche. Et s’il entrait et qu’elle était sous la douche, il allait encore passer pour un pervers. Alors qu’il était venu pour… Oui, oui, pour s’excuser. Incroyable, n’est-ce pas ? Même s’il se doutait bien que ça n’allait pas être aussi facile. Car il l’avait blessée. Plus qu’elle ne l’avait fait, c’était à présent évident dans son esprit. Peut-être que le mieux, c’était de l’attendre à la sortie, côté parc. Sauf si elle était déjà partie. A ce moment là, il pouvait entrer sans rien risquer, puisqu’elle n’était plus là. Oui mais si elle n’était pas là, ça ne servait à rien d’entrer, surtout que si elle était là, cela pourrait revenir à l’hypothèse du pervers qui n’en loupe pas une. Argh, trop compliqué de réfléchir. Sinon, il pouvait toujours écouter à la porte pour distinguer un quelconque bruit d’eau. Morten colla donc son oreille contre le panneau et mit son ouïe à l’épreuve. Pas de douche, apparemment. Oui, mais elle était peut-être nue ou en sous-vêtements. Même s’il l’avait déjà vue dans cette tenue, mais ils n’avaient pas eu le choix, et c’était pour l’aider elle. Et même si cela ne lui déplairait pas de recommencer… Non, stop aux pensées de ce genre.

Bref, il entra. En fermant les yeux.


« Je peux entrer ? »

Quand cesserait-il de passer pour un idiot ? Il n’avait qu’à attendre qu’elle vienne ouvrir, il aurait été fixé, au moins. Sauf qu’elle ne savait pas forcément qu’il s’agissait de lui. Oui mais en même temps, il n’y avait pas foule sur le terrain ces derniers temps. Et un membre de l’équipe de Poufsouffle n’aurait pas frappé à la porte. Du coup, il ouvrit les yeux. Lyla était bel et bien là, assise sur un banc. Et entièrement vêtue. Maintenant, place aux paroles. Que dire ? « Je suis désolé » aurait été un bon début. Mais Morten ne savait pas demander pardon. Il n’aimait pas ça, partant du principe qu’il avait toujours raison. Mais il y avait un début à tout, n’est-ce pas ? Alors sois un peu courageux, jeune homme, et parle.

« Je… J’ai… hum… »

Il passa inconsciemment une main sur son ventre qui le lançait toujours, mais il fit comme si de rien n’était (Lyla en serait trop contente) et tenta de poursuivre, d’aligner trois mots correctement :

« Je te demande pardon. J’suis allé trop loin, et je commence à m’en rendre compte. »

Il avait dit tout ça d’une traite et sa main se crispa autour du manche de sa batte qu’il n’avait pas pensé à ranger. Ça pouvait toujours être un moyen de défense si Lyla décidait de le tuer.

*Bon, et maintenant ? Tu ne crois quand même pas que ça va suffire ?*

Non, ça n’allait pas suffire, mais il ne fallait pas trop lui en demander non plus. Attendons d’abord de voir la réaction de la jeune fille, et ensuite, avisons.
Serpentard

avatar
Morten Nielsen
Serpentard
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 23
Messages : 295
Mornilles : 1416

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entraînement à la dure... [Morten]   Mer 28 Juil - 19:18

Lyla était en train de se masser les tempes du bout des doigts quand Morten apparut dans son champ de vision. Cette fois, elle l’avait entendu venir, puisqu’il s’était fait remarquer en demandant la permission d’entrer dans le vestiaire. D’ailleurs, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi il avait demandé s’il pouvait, alors qu’il venait visiblement de le faire de son propre chef. Les hommes… Il commença à bégayer, chose dont elle n’avait pas souvenir. Il trouvait toujours ses mots. Avant qu’il ait pu dire autre chose, elle se leva, attrapa ses affaires dans son casier, une serviette et sa baguette, et lui tourna le dos pour aller aux douches. Lorsqu’il s’excusa, elle se stoppa net dans son élan pendant un instant. Elle n’était pas sûre d’avoir bien entendu, et penchait pour l’hypothèse d’une hallucination audio. Elle ne se retourna pas plus, puis continua finalement à avancer. L’ignorer, c’était la solution qu’elle avait choisie.
Arrivée dans la pièce où se trouvaient les douches, elle posa ses vêtements sur un lavabo, ainsi que sa baguette, et suspendit sa serviette à un porte manteau. Depuis que le Serpentard s’était excusé, elle avait senti que ses joues étaient devenues aussi rouge que des pivoines, ce qui était encore plus flagrant chez elle puisqu’elle était blonde. La jeune fille n’en revenait pas. C’était un jour à marquer d’une croix blanche, probablement une première dans l’histoire de Poudlard : Morten Nielsen avait reconnu avoir tort. Oui, bah c’était bien beau tout ça, mais ça ne changeait rien.


*Ma vieille, tu fais comme si rien ne venait de se passer. Et quand tu retournes là-bas, s’il n’est pas parti, tu ne regardes surtout pas ses yeux, ni son torse, ni rien que ce soit de sa personne, sauf si tu tiens absolument à refaire la même bêtise que sur ton balai. Compris ?*

Elle adressa un hochement de tête à son reflet, comme un accord secret. Hors de question qu’elle retombe à nouveau dans le passé. Justement, c’était le passé, c’était fini. Morten avait bien fait en sorte qu’elle le comprenne, c’était à elle désormais de faire la démarche pour qu’il n’y ait plus d’altercations.

Lyla se déshabilla rapidement et ouvrit le robinet d’eau chaude. Elle se glissa sous la douche avec un soupir de soulagement, mais ne resta pas trop longtemps sous l’eau, n’ayant pas envie d’avoir la peau toute fripée. Passant ses cheveux par-dessus son épaule, elle baissa légèrement la serviette, et observa comme elle le pouvait son dos. Les cicatrices étaient toujours là, rayant son dos de marques blanches et rosées. La serviette ne descendait pas assez bas, mais elle savait qu’elle avait des stigmates jusqu’à sa chute de reins, et ces dernières remontaient aussi le long de ses épaules. Elle devrait les garder couvertes, quand arriverait l’été, si elle ne voulait pas qu’on lui pose trop de questions. La Poufsouffle avait bien essayé de les faire disparaître, mais, même si elle excellait en sortilèges, il semblait que le fait que ses parents aient utilisé la magie noire pour la punir l’ait marquée à vie. A moins d’aller trouver l’infirmière, elle avait l’impression qu’elle ne pourrait jamais s’en défaire.

La jeune fille se détourna de son reflet, légèrement abattue, et se sécha. Elle commença à se rhabiller assez prestement, mais ce n’était pas aussi évident que ça. Pour le haut, ça allait. Elle avait choisi une robe noire, à manches longues, avec un décolleté qui soulignait parfaitement sa poitrine, mais sans être vulgaire. C’était en bas qu’elle éprouvait quelques difficultés. En cette saison, elle portait des bas, et les mettre debout n’était pas très aisé. Bien sûr, elle aurait pu retourner à côté de son casier pour les mettre, sur le banc, assise. Mais à la seule condition que le Serpentard soit parti. Parce qu’il était inacceptable qu’il la voit enfiler ses dessous, surtout après ce qu’il venait de lui faire là-haut. Et ses excuses n’y changeaient rien du tout. Quand elle eut enfin réussi, elle attrapa sa baguette et lança un sortilège à ses cheveux mouillés. Ils retombèrent doucement sur ses épaules, secs et bouclant légèrement. Elle finit simplement par dessiner un trait noir sous ses yeux, puis, à l’aide d’un sort, replia tenue de Quidditch et serviette bien proprement. Pas de rouge à lèvres, elle avait fini son dernier tube la semaine dernière, et attendait patiemment que celui qu’elle avait commandé la veille arrive.

Lyla retourna tranquillement sur ses pas, persuadée que Morten devait être parti. C’est ce qu’elle aurait fait à sa place. Aussi n’eut-elle pas la surprise de voir qu’il s’était assis là où elle s’était tenue précédemment. Pendant quelques secondes, elle leva les yeux au ciel, comme désespérée. Parce qu’il fallait bien le dire, ce jeune homme l’était, désespérant. Elle s’avança vers son casier et rangea ses affaires comme s’il n’était pas là, continuant donc de l’ignorer. Pour le moment. La Poufsouffle récupéra ensuite ses chaussures, une paire de longues bottes en cuir noires, et s’assit à côté de lui le temps de les enfiler. Elle savait que sa robe la mettait très bien en valeur, et que ses jambes étaient encore plus soulignées quand elle portait ces bottes.
Assise à côté de lui, ce tableau donnait l’impression qu’ils formaient encore un couple, et qu’il serait venu l’attendre à la fin de son entraînement. Pour un peu, on aurait presque pu les qualifier de mignon, tous les deux. Une fois qu’elle fut chaussée, elle se releva, et, toujours en lui tournant le dos, ferma la porte de son casier.


« C’est bon Morten. J’ai compris le truc, d’accord ? J’ai été infecte, méchante, tout ce que tu veux. Laisse-moi tranquille maintenant. Je veux juste ça. »

La jeune fille avait posé ses mains à plat sur le métal des portes. Elle ne pouvait pas s’en aller tant qu’il était là, pour la simple et bonne raison qu’elle devait fermer la porte à clé derrière elle et la ramener à son capitaine. Or, bien que l’envie s’en fasse ressentir, elle n’allait pas l’enfermer à clé ici, sans aucune possibilité de sortir. Elle n’était pas si cruelle.
Poufsouffle

avatar
Lyla Lacombe
Poufsouffle
Date d'inscription : 18/02/2010
Age : 27
Messages : 44
Mornilles : 922
Où suis-je ? : Très bonne question...

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Pur
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entraînement à la dure... [Morten]   Jeu 29 Juil - 17:56

Mais Lyla joua la carte de l’ignorance totale. Ça se comprenait d’un côté, mais Morten se sentit idiot lorsqu’elle lui tourna le dos en se dirigeant vers les douches. L’une des qualités de Morten étant la patience, il n’ajouta rien de plus (de toute manière, il ne savait pas quoi dire de plus) et s’assit sur le banc, celui-là même qu’elle venait de quitter. Enfin, il s’assit… il s’avachit, plutôt. Batte posée sur le sol, jambes tendues et dos courbé, les bras croisés, il attendit que Lyla sorte de la douche. Lyla… sous la douche… à quelques mètres à peine de lui. Elle le faisait exprès, c’était certain. Quelle idée d’aller se déshabiller alors qu’un jeune homme tout aussi sexy se trouvait dans la pièce d’à côté ? Argh, stop les hormones. Morten soupira, reprit sa batte dans ses mains et commença à jouer avec. D’abord en essayant de la faire tenir debout sur son index, mais elle était trop lourde et tomba de déséquilibre au bout d’une demi-seconde… sur le pied gauche du Serpentard. Celui-ci laissa échapper un juron avant de donner un coup dans l’objet, qui l’envoya contre le casier d’en face. Niveau discrétion, on pouvait faire mieux. Mais il n’en avait rien à faire. Tout ce qu’il voulait, c’était montrer à Lyla qu’il regrettait un tant soit peu son attitude et puis repartir aussitôt, qu’on en parle plus. Parce que là, ce qu’il faisait, il avait vraiment du mal, et plus vite il serait parti mieux il se porterait. Bien qu’il puisse techniquement partir s’il le désirait, la Poufsouffle ne lui ayant pas vraiment donné d’invitation pour l’attendre à la sortie de la douche.

Néanmoins il attendit sans bouger, et quand enfin Lyla réapparut, Morten se redressa et l’observa. Ses cheveux étaient totalement secs, et dans sa robe noire elle était… terriblement sexy. Si bien qu’il ne put retirer ses yeux de la jeune fille lorsqu’elle s’assit à côté de lui pour enfiler ses chaussures – c’était dingue comme ses jambes paraissaient plus… moins… il ne trouvait pas le mot. Tant pis.


*Regarde plus haut, voyons…*


Oui, c’était une idée. Lui qui ne voulait pas passer pour un pervers… Il valait mieux qu’il lève les yeux s’il comptait être plus crédible. Il en avait presque oublié à quel point elle était belle. Sauf qu’avant qu’il n’ait pu réagir, Lyla s’était déjà relevée et rangeait ses affaires dans son casier. Et elle venait enfin d’ouvrir la bouche, pour dire ce à quoi il s’était presque attendu. Bah oui, ça se serait su s’il suffisait de dire « je suis désolé » pour tout effacer et repartir depuis de bonnes bases.

« C’est clair, mais… J’ai été pire. Et je veux vraiment que tu t’en rendes compte. Que je m’en veux. Parce que c’est pas cool ce que j’ai fait, vraiment pas, et tu sais autant que moi que je n’ai pas l’habitude de dire ce genre de choses, alors s’il te plait, crois-moi. Je ne te demande pas de me pardonner tout, là, immédiatement, d’un coup de baguette magique, parce que je ne suis pas idiot au point de penser ça, mais franchement, je ne serais pas ici juste pour t’embêter. Quoi que… »

*Ne t’enfonce pas plus.*


Morten ferma les yeux et se frotta les paupières avec le pouce et l’index avant de poursuivre :

« Non rien. Bref, je devrais y aller. »


Sur ce il se leva, et sans adresser un dernier regard à Lyla, il se dirigea vers la porte et sortit des vestiaires. Et que sa conscience ne vienne pas lui dire de choses du type « ce n’était pas si terrible finalement », parce que si, c’était terrible. Morten Nielsen ne se sentait pas coupable, sauf envers les personnes qu’il avait du mal à voir souffrir. Là, c’était carrément exceptionnel. Alors non, il n’allait pas s’en tirer comme ça, mais il n’allait pas se mettre à genoux non plus. C’était déjà trop pour la fierté du jeune homme.

Sauf qu’il avait oublié sa batte à l’intérieur. Soupirant une nouvelle fois (bien qu’on aurait plus cru à un grognement qu’autre chose), il fit demi-tour et ouvrit la porte sans frapper (il se doutait que Lyla n’avait pas encore eu le temps de fermer à clé) afin de la récupérer.

Serpentard

avatar
Morten Nielsen
Serpentard
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 23
Messages : 295
Mornilles : 1416

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entraînement à la dure... [Morten]   Jeu 29 Juil - 22:35

Lyla écouta sans dire un mot ce que Morten avait à lui dire. Elle ne se retourna pas plus, se retenant de sourire quand il s’enfonça tout seul. Sur certains points, il savait se montrer particulièrement idiot, mais c’était d’une manière qu’elle trouvait drôle, voire même attachante. Personne n’était parfait, encore moins monsieur l’apollon de service, malgré ce qu’il essayait de faire croire de temps en temps. Et, comme il le pensait et le savait lui-même, elle sentait qu’il faudrait du temps pour qu’elle lui pardonne, même si les excuses étaient un plus dans cette voie. Quand il eut enfin passé la porte, elle se détendit enfin et fit enfin demi-tour. Elle passa sa main sur son front, avec un sourire crispé… et s’aperçut qu’il avait oublié sa batte, et que, s’il s’en rendait compte, il allait revenir. D’ailleurs, ça ne manqua pas. La porte se rouvrit, et il apparut de nouveau. Et la jeune fille commit la même erreur une seconde fois : elle le fixa dans les yeux. Parce que les yeux de Morten Nielsen, c’était la première chose qui l’avait séduite chez lui. Ils oscillaient entre le bleu et le gris, et elle les trouvait simplement magnifiques.

Elle sentit qu’elle rougissait avant même que la couleur n’atteigne ses joues. Pourquoi diable lui faisait-il toujours autant d’effet, après tout ce qu’il avait dit pour l’humilier ? Pour penser à autre chose, la Poufsouffle se pencha et ramassa la batte qui était par terre, sous le banc. Puis elle s’approcha du Serpentard et lui tendit son outil. Il fallait qu’elle dise quelque chose, que le silence pesant qui était en train de s’installer s’évanouisse.

« Morten. »

Oui, c’était son prénom ça, il devait avoir l’habitude de l’entendre. Elle n’en revenait encore pas de ce qu’elle allait lui proposer, mais si cela pouvait arranger les choses, elle s’en voudrait de ne rien tenter.

« J’accepterai de te pardonner, à deux conditions. »

Morten avait repris sa batte. Lyla ignorait s’il accepterait de rester, d’écouter ces fameuses conditions. C’était la seule chance, pourtant, qu’elle lui accorderait. Après cela, s’il décidait de partir, elle ne pourrait plus rien faire. Elle s’éloigna tranquillement et alla s’asseoir sur le banc. D’un geste de la main, elle l’invita à venir s’installer lui aussi, à moins qu’il tienne à rester debout. Elle croisa ses mains sur ses genoux et attendit quelques secondes de voir ce qu’il décidait. Visiblement, elle devait l’avoir intrigué un minimum, pour qu’il ne bouge plus.

« La première, ça serait que tu calmes tes groupies. Je te jure que la prochaine qui me fait un sale coup, je te la renvoie à ton dortoir en me servant de sa tête comme d’un Cognard. »

Ça, c’était la partie facile. Maintenant, elle allait devoir aborder la seconde clause de son pardon, et elle avait comme le pressentiment qu’il n’allait pas sauter de joie. Quoiqu’il ne sautait jamais de joie, sauf peut-être quand Serpentard gagnait la coupe de Quidditch. Ce qui n’arrivait pas si souvent que ça, encore heureux.

« Ensuite, je pense que nous devrions avoir une discussion sérieuse. Que je puisse au moins avoir l’occasion de m’expliquer, et de m’excuser à mon tour. Est-ce que… tu es d’accord ? »
Poufsouffle

avatar
Lyla Lacombe
Poufsouffle
Date d'inscription : 18/02/2010
Age : 27
Messages : 44
Mornilles : 922
Où suis-je ? : Très bonne question...

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Pur
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entraînement à la dure... [Morten]   Lun 2 Aoû - 21:29

Morten tomba nez à nez avec Lyla et croisa immédiatement son regard. Il n’eut pas besoin de faire grand-chose, il savait que la jeune fille était séduite à chaque fois qu’elle rencontrait ses yeux bleus-gris. Et normalement, il aurait ajouté à ce regard un sourire charmeur, histoire de la faire fondre un peu plus, mais là, la séduire n’était pas ce qu’il cherchait. Il voulait juste reprendre sa batte et faire demi-tour. Elle n’ajouterait rien de plus de toute façon, mais ce n’était pas faute d’avoir essayé. Au moins, il en aurait moins à se reprocher, et déjà le sentiment de culpabilité s’était estomper. Pas totalement bien sûr, mais il était moins fort qu’une dizaine de minutes auparavant. Avant qu’il n’esquisse le moindre mouvement, Lyla avait détourné les yeux et était elle-même allait chercher la batte sous le banc et la lui tendit avant de briser le silence qu’elle semblait trouver gênant. Morten aussi, peut-être, mais il avait décidé qu’il s’en fichait, que maintenant tout n’en tenait plus qu’à elle. Mais malgré son impassibilité affichée dès sa deuxième entrée dans la pièce, il n’en fut pas moins étonné lorsqu’elle lui parla sans l’agresser ou le traiter de tous les noms comme il s’y était un peu attendu. Il prit l’objet et la mit sur son épaule en veillant à ne pas la laisser tomber sur son pied de nouveau sans quitter la Poufsouffle des yeux, en l’écoutant.

« J’accepterai de te pardonner, à deux conditions. »

Ces mots soulagèrent Morten dès qu’ils atteignirent son cerveau. « J’accepterai de te pardonner ». C’était le principal. Tout allait peut-être s’arranger, finalement. Peut-être qu’il n’était pas juste un crétin fini. Mais là encore, il ne laissa rien paraître. Il voulait attendre la suite, ce qui concernait les conditions. Ça aurait été trop facile, sinon. Lyla semblait cependant hésiter ou vouloir prendre son temps (il en avait de toute façon) car elle alla s’asseoir et l’invita même à prendre place) à côté d’elle. Et une fois de plus, dans d’autres circonstances, il n’aurait pas hésité une seule seconde à s’approcher autant d’une aussi jolie demoiselle, sauf que là, il s’agissait de Lyla. Et Morten songea à Traiger, aussi. Il n’était pas un abruti au point de profiter de la situation et du décolleté de Lyla alors qu’il était sur le point de sortir avec Traiger. Et avec ironie, il pensa à la situation dans sa globalité, à ce qu’avait fait la Poufsouffle au départ pour qu’ils en arrivent là aujourd’hui. Mais du coup, il ne répondit pas et se contenta de s’épauler contre le mur, le regard toujours fixé sur son visage.

Qu’il calme ses groupies ? Ah si seulement. Morten aimerait bien les calmer, ces filles-là. Bien sûr, il était toujours flatté d’entendre qu’il avait la classe et qu’il était trop beau – de toute façon, il le savait – mais franchement, si elles pouvaient se faire un peu plus discrètes ou même être un peu plus intelligentes, ça l’aiderait beaucoup. Et puis aussi, s’il allait dans le sens de Lyla, qu’elles arrêtent leurs mauvais coups. Mais ça, c’était moins son problème. Enfin, ça l’était forcément, mais il ne pouvait pas vraiment contrôler ces hystériques. Quoi que techniquement, il pourrait en effet faire quelque chose, mais elles lui répondraient quelque chose du genre « mais c’est pour ton bien, Morten ! ». Pour son bien. Ben voyons. Même si, il fallait l’avouer, il y avait quelques avantages à être l’un des mecs les plus populaires de l’école : ces charmantes demoiselles emplies de naïveté étaient toujours prêtes à rendre un service au grand Morten Nielsen.


« Je verrai ce que je peux faire. » finit-il par dire avec un imperceptible sourire en coin.

Pourquoi il souriait ? Parce qu’imaginer Lyla envoyer une fille à coup de batte dans son dortoir à lui, c’était vraiment amusant. Voilà la première condition. Ce n’était pas si terrible finalement. Et s’il n’y avait eu que ça, le Serpentard aurait certainement été ravi. Seulement, la jeune fille reprit d’un ton un peu plus sérieux à propos d’une discussion. Oh non, pas ça… Pourquoi fallait-il que les filles parlent tout le temps ? Pourquoi ne pouvaient-elles pas se contenter d’un « Ok, je te pardonne, maintenant hors de ma vue ! » ? Non, il fallait vraiment qu’elles prennent leur temps pour tout analyser, et pour discuter. Il n’y avait même pas à discuter ! Bon, si, il y avait en effet de quoi tenir une conversation sensée et adulte. Parce que c’était ça ce que Morten était venu faire au départ : montrer qu’il n’était plus un gamin. Et puis ce qu’il venait de comprendre, c’est que Lyla parlait de ses excuses à elle. Que si elle voulait une telle discution, c’était pour se pardonner mutuellement dans les règles. Que tout soit mis à plat une bonne fois pour toutes. Et ça, il en était certainement capable
.

« Ok. Dis-moi quand et où. »

Argh, pourquoi n’avait-il pas encore opté pour le « tourne sept fois la langue dans ta bouche avant de parler » ? Là, quand elle allait lui répondre, ça allait carrément se transformer en rendez-vous. Et il en était hors de question, parce que déjà, il n’aimait pas trop faire trainer les choses, et de deux, il se voyait mal expliquer à Traiger qu’il allait retrouver son ex pour « discuter sérieusement ».

« Finalement, autant parler ici, maintenant, comme ça se sera fait, tu ne crois pas ? » s’empressa-t-il d’ajouter.

Son air impassible avait à présent disparu, et il avait légèrement paniqué lors de sa précédente réplique. Mais il se dit que ça irait. Parce qu’il ne voyait pas vraiment comment ça pourrait empirer, à partir de là. Son égo qui en prenait un coup, c’était fait, et puis ça venait de prouver qu’il savait être un mec bien, parfois. Le cognard dans le ventre, c’était fait aussi, ainsi que la batte sur le pied. Il n’avait plus qu’à espérer que Lyla ne lui ai pas tendu de piège et qu’elle se mette à le lacérer de ses ongles en hurlant qu’il n’était qu’un imbécile et qu’il méritait que Rusard l’enferme aux cachots pendant des jours entiers. Mais il devait arrêter de s’imaginer n’importe quoi. Alors il vint finalement s’asseoir à côté de la Poufsouffle et attendit qu’elle reprenne la parole.
Serpentard

avatar
Morten Nielsen
Serpentard
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 23
Messages : 295
Mornilles : 1416

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entraînement à la dure... [Morten]   Lun 2 Aoû - 23:11

Lyla interpréta le sourire de Morten, suite à sa première condition, tout autrement que ce qu’il signifiait. Elle crut, pendant quelques secondes, qu’il se réjouissait de ce que ces filles lui avaient fait subir. Aussitôt, son regard se durcit, s’obscurcit. Certes, c’était elle qui avait commencé. Mais ce n’était pas une raison valable pour qu’elle ait eu à endurer la plupart des épreuves par lesquelles elle était passée – d’autres jeunes filles, sinon moins courageuses, avec moins de volonté et de combativité qu’elle, auraient craqué bien avant. Elle avisa un cheveu blond sur sa robe, dont elle se saisit de manière minutieuse avant de le lâcher dans le vide. Ce petit côté maniaque qui ressortait de temps à autre était (malheureusement) un trait hérité de sa mère, selon qui tout devait être parfaitement à sa place. Sans se mettre à le regarder à nouveau, et avec un ton bien moins chaleureux qu’auparavant, elle répliqua, tout en continuant l’inspection de sa robe avec pointillisme.

« Je te conseille, amicalement si tu me permets l’adverbe, de faire mieux que voir ce que tu peux faire. Le jour où un Auror arrivera à Poudlard à cause d’une de leurs énièmes tentatives pour m’énerver, il n’y aura pas qu’elles qui seront visées… Et oui, c’est une menace. Tu as déjà de la chance, tout comme ton grand ami de Gryffondor, qu’Alekseï ne soit au courant de rien. Crois-moi, je n’hésiterai pas à en arriver là pour parvenir à mes fins, si c’est la seule solution. »

Elle retint cependant la remarque qui germait dans son esprit au sujet de son père, comme quoi ce dernier, qui travaillait au Ministère, ne se gênerait pas non plus pour intervenir si cela devait causer des problèmes à des sorciers qu’il jugeait inférieurs à lui et sa famille, et ce malgré les discordes qu’il avait avec sa fille.

La Poufsouffle s’était toujours demandé si, dans le fond, ce n’était pas cette facette de son caractère qui avait mis au défi le Serpentard ainsi que le Gryffondor quand ils avaient décidé de sortir avec elle, l’année précédente. Elle reconnaissait volontiers qu’elle était jolie à l’époque – désormais, ce n’était plus le même type d’adjectifs qualificatifs que les garçons utilisaient à son égard – mais elle était alors, pour des personnes telles que Nielsen ou Carter, relativement inaccessible.
Quant à ses frères, de ce qu’elle en savait, Morten les avait très probablement croisés. Elle était sûre que Bazilien, bien que dans la même maison que le jeune homme, ne lui avait jamais adressé un mot, et l’avait sûrement snobé à de maintes reprises. Et Alekseï… eh bien, quand Morten était arrivé à Poudlard, son frère aîné était déjà en cinquième année à Serdaigle. Et même s’il n’était pas réputé pour se bagarrer, ou ce genre de choses que les Serdaigles font rarement, puisque la raison est leur ligne de conduite, il lui était tout de même arrivé de casser le nez d’un idiot ou deux. Un trait de famille, sans doute…

Lyla se retint de rire quand elle vit le visage de Morten une fois qu’elle eut proposé qu’ils discutent. Le visage, ainsi que l’expression, étaient restés impassibles, cependant, elle aurait juré qu’il en aurait grimacé d’horreur. C’était, en quelques sortes, le message qu’avaient laissé échapper ses yeux. Seulement, il sembla comprendre l’importance d’une telle conversation, et lui demanda quand elle voudrait le retrouver, et où. Plaît-il ? Elle n’avait jamais parlé d’un rendez-vous, elle pensait qu’il était bien mieux que cela se fasse maintenant, quitte à en être débarrassé le plus tôt possible. Car, s’il lui arrivait de reconnaître ses torts plus facilement que le Serpentard, ce n’était pas pour autant qu’elle aimait plus le faire que lui. Surtout qu’elle avait largement payé sa bêtise, de son point de vue. Et puis elle ne tenait pas plus que ça à ce qu’ils se retrouvent tous les deux dans un nouveau face à face. D’une, la dernière fois aux toilettes n’avait fait que raviver les rumeurs, ainsi que la hargne des groupies, et de deux, une fois que cela serait fait, elle ne chercherait plus du tout à lui parler. Elle se contenterait de le croiser de temps à autre, et ce serait largement pour sa santé physique autant que mentale. Il lui donnait suffisamment envie de lui taper sur le crâne avec sa batte comme ça, avec son sourire prétentieux.

Finalement, avec un air un peu paniqué, il déclara de lui-même que ce serait mieux que la discussion prenne place immédiatement, puis il vint s’asseoir… juste à côté d’elle. Et une plume en sucre avec ça ? Quand elle lui avait fait signe de s’installer s’il le désirait, elle n’avait jamais mentionné qu’il devait se coller à elle. Dégoûtant ! Et cela le fut encore plus selon la jeune fille au moment où le contact la fit frémir, malheureusement pas de dégoût. Comme l’exigeaient ses propres règles de la bienséance (qui disent qu’on ne permet pas une trop grande promiscuité avec ses anciens petits amis, entre autres) elle se décala légèrement, soit d’une cinquantaine de centimètres. Puis elle lissa sa robe, comme si le contact avait pu froisser le tissu.


« A vrai dire, je ne pensais pas reporter la discussion. Ces… entrevues ne me sont pas indispensables, au contraire, et plus vite nous retournerons à l’étape où on s’ignorera dans les règles, mieux je me sentirai. »

Elle croisa lentement les jambes, le regard glacial fixé sur un point invisible.

« Même si c’est un peu tard, je te présente mes excuses pour ce qui s’est passé. Des justifications seraient certainement superflues, d’autant plus que je ne crois pas que tu comprendrais vraiment… pourquoi j’ai agi comme ça. »

Parce que les marionnettes ne suivent que les ordres des marionnettistes, et ne sont là que pour obéir. Parce que lorsque l’on cherche seulement à plaire, on en oublie parfois de réfléchir. Comment Morten, qui avait grandi dans un cadre familial relativement normal (car aucune famille n’est normale), pourrait-il seulement comprendre ce que c’était de rechercher l’affection, et non l’amour, de ses parents ?
Poufsouffle

avatar
Lyla Lacombe
Poufsouffle
Date d'inscription : 18/02/2010
Age : 27
Messages : 44
Mornilles : 922
Où suis-je ? : Très bonne question...

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Pur
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entraînement à la dure... [Morten]   Mar 3 Aoû - 19:43

Quand Morten vit le visage de la Poufsouffle s’assombrir et son regard changer de direction, il haussa un sourcil étonné en se demandant ce qu’il avait bien pu dire encore. Son sourire se figea alors et finit par disparaître entièrement lorsqu’elle reprit la parole. De quoi ? Les Aurors ? Carrément. Ah, et Alekseï aussi. Le grand frère de la demoiselle. Si les souvenirs de Morten étaient exacts, il avait du le croiser à plusieurs reprises dans les couloirs du château quand il était étudiant ici. Chez les Serdaigles. Et il lui sembla même se souvenir qu’il valait mieux pas l’énerver non plus, bien que Morten n’eut jamais à faire avec lui. Enfin, pour le moment s’il en croyait les paroles de cette chère Lyla. Paroles où il était également question de Carter, l’autre abruti de Gryffondor. Lui aussi en avait fait voir à leur ex, peut-être un peu moins que Morte, il n’en savait rien, mais il n’était pas innocent. Et il n’était pas venu s’excuser, lui, qu’il sache ! Haha, un point pour Morten.

* On s’en fiche totalement de ce que Carter a fait ou non. C’est de moi qu’il est question.*

Voila. Ne plus penser à Daniel et se concentrer sur Lyla. Cette dernière était d’ailleurs occupée à observer sa robe et à en retirer quelques cheveux, paraissant d’un coup un peu plus agressive et menaçante. Il se disait aussi que c’était étrange qu’elle n’aie pas employé ce ton avant – il ne s’en était pas plaint, au contraire, mais il savait que ce n’était plus qu’une question de minutes. Lorsqu’elle eut terminé, il se retint de lever les yeux au ciel : le grand frère. Le Serpentard ne pouvait que comprendre le fait qu’Alekseï n’hésiterait pas à venir lui casser le nez (ou autre) si l’idée de faire encore plus de mal à Lyla qu’il ne l’avait déjà fait lui passait par la tête, parce qu’il savait très bien qu’il réagissait de la même façon avec Emma. Que personne ne s’approche trop près d’Emma Nielsen ou le grand frère viendrait vous faire la peau. Que ce soit avec elle ou les jumeaux, d’ailleurs. Mais les jumeaux étaient deux, et il y avait Zach, non pas qu’il ne s’inquiétait pas pour eux seulement, Emma… c’était Emma. Sa petite sœur. Quoi qu’il en soit, Morten répondit :

« Eh, pas la peine de t’énerver ! Je leur dirai de se calmer. Appelle qui tu veux si ça te fait plaisir, mais j’aurais fait ma part du marché. »

Il ne souriait plus, du coup, mais tenta quand même de relativiser en gardant son air impassible. Celui qui se volatilisa à son tour à l’instant même où Lyla lui parla de conversation sérieuse, et l’air amusé de la jeune fille ne lui échappa pas. Qu’elle se fiche de lui, tant pis, ça ne changerait pas bien de d’habitude de toute façon. Mais qu’elle enchaîne vite, comme ça ils seraient tous deux libérés plus vite. La prochaine fois, il y réfléchirait à deux reprises avant de venir s’entraîner en présence d’une de ses ex. Et quand il s’assit à côté de Lyla, celle-ci se décala comme s’il empestait la fiente de hibou et passa sa main sur sa robe. Comme s’il était atteint d’une maladie contagieuse. Cette fois, Morten ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel et de croiser les bras sur son torse, presque aussi avachi que quelques minutes plus tôt. Aucune tenue. Bien sûr, il savait se tenir quand il le fallait, mais ici en cet instant, il n’y voyait aucune utilité ou intérêt. Alors il l’écouta parler en regardant droit devant lui. Susceptible, lui ? Evidemment.

Elle disait qu’il ne comprendrait pas pourquoi elle avait agi de la sorte. Là encore, il pensa que c’était parce qu’elle le prenait pour un idiot, si bien qu’il failli répliquer. Sauf que Lyla disait peut-être vrai, et que les véritables raisons de son comportement nécessitaient un peu plus de compréhension. Morten s’apprêtait alors à lui demander de quoi il s’agissait réellement, il avait même ouvert la bouche en se retournant légèrement vers elle mais il se ravisa au dernier moment. D’une, il ne tenait pas à prolonger cette conversation. De deux, il allait encore dire quelque chose d’idiot, et ça, il n’y tenait pas vraiment non plus. Il se contenta d’hocher la tête lentement, comme s’il en profitait pour choisir ses mots. Il ne savait pas quoi ajouter
.

« Ok. Et moi… je suis navré d’avoir abusé au niveau de ce que je qualifiais de vengeance. Voila. Ça c’est dit… »

Et maintenant, il pouvait enfin partir, sortir de ce vestiaire et ne plus avoir à faire avec elle. Tout était plus ou moins réglé, et il en avait assez fait pour aujourd’hui. Alors Morten se leva, ramassant la batte qu’il avait posé à ses pieds en s’asseyant et se dirigea de nouveau vers la sortie. Il hésita une dernière fois sur ce qu’il devait dire : lui souhaiter une bonne journée ? Non, cela sonnerait trop faux. Un simple au revoir suffirait amplement. Il ne lui avait même pas dit bonjour, alors pourquoi en faire toute une histoire ? Finalement, il posa la main sur la poignée et ouvrit la porte, sans rien ajouter.
Serpentard

avatar
Morten Nielsen
Serpentard
Date d'inscription : 21/10/2009
Age : 23
Messages : 295
Mornilles : 1416

Carte d'identité sorcière
Ascendance (Sang Pur/Mêlé, Moldu): Sang Mêlé
Expérience Magique:
Vie Sociale (DJ):

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Entraînement à la dure... [Morten]   



Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Entraînement à la dure... [Morten]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwart's World :: Poudlard :: Extérieur du château :: Terrain de Quidditch-